Coronavirus : Les finances du football africain fragilisées

Coronavirus : Les finances du football africain fragilisées©Media365

Rédaction , publié le dimanche 12 avril 2020 à 13h45

L'arrêt des compétitions en raison du coronavirus n'est pas sans impact sur les finances du football africain, avec toutefois des répercussions variables selon les acteurs et les régions. Enquête.

L'arrêt des compétitions lié au coronavirus a également des conséquences sur le plan financier. Si pour l'instant, la CAF n'a pas de souci à se faire, des tensions pourraient apparaître dans les prochaines semaines. La situation des différents acteurs en témoigne. Actuellement confiné à Yaoundé où il est venu régler les détails techniques de diffusion du CHAN, le Directeur Général de l'UAR (Union africaine de radiodiffusion), Grégoire Ndjaka confie à Football365 Afrique que les chaînes TV ont déjà payé le CHAN : « quand nous avons vendu la CAN, nous avons vendu le CHAN au même moment. Ceux qui ont acheté la CAN ont automatiquement acheté le CHAN. C'est pour cela que je ne comprends pas souvent certaines réactions qui nous disent que c'est cher, mais c'était quand même douze compétitions qui étaient vendues au même moment. Donc, le CHAN est vendu. »

Selon un consultant en marketing spécialisé sur l'Afrique que nous avons joint, les droits TV et commerciaux ne connaissent pas de retard. Pour les compétitions de club, les droits sont versés en deux fois : la moitié après la phase de poules et le solde à la fin de la compétition. Quant aux rencontres éliminatoires de la CAN, elles sont payées en fin de compétition. Autrement dit, en l'état, seul le versement prévu en juin pourrait connaître du retard. Une situation qui confortent les déclarations, sur RFI, de Abdelmounaïm Bah sur la bonne santé de la CAF, dont il est le secrétaire général par intérim.

Clubs : l'Afrique subsaharienne en difficulté

Pour les clubs, la situation est forcément différente selon que l'on soit au nord ou au sud du Sahara. À l'arrêt depuis le mois de mars, les clubs marocains devraient pouvoir passer cette période si la crise ne dure pas plus de trois mois. « Qui dit plus de match dit plus de recettes de billetterie, plus de recette de sponsoring et de droits TV. C'est difficile pour tout le monde, mais les clubs marocains ont de la trésorerie. Ils vont tenir trois mois sans souci », assure une source proche du dossier. Plus au sud, le déficit structurel des clubs peut être plus problématique.

Pour Amadou Bangoura, Directeur Général du Horoya AC, unique équipe subsaharienne encore qualifiée en compétitions africaines (avec des clubs marocains et égyptiens), cette crise est « peut-être la goutte d'eau dans un vase déjà plein. Malgré notre qualification en demi-finale de la Coupe africaine, aucune entreprise guinéenne n'est devenue partenaire du club. Dans n'importe quel autre pays, nos résultats auraient été transformés en succès marketing. C'est une aberration surtout que dans le même temps, nous ne recevons aucune aide de l'État, ni de notre ministère de tutelle. » Le club historique guinéen peut continuer à faire face à ses charges, notamment salariales en raison de l'engagement de leur propriétaire, qui met son « patrimoine personnel au service du club. » Le dirigeant conclut en espérant que « le contexte ne s'éternise pas, avec une éventuelle incidence sur ses autres affaires. Tout est lié. »

Joueurs : le lourd prix de l'inactivité

Derniers acteurs impactés, les joueurs. Présent dans le groupe sélectionné pour le CHAN, Etta Bawak est actuellement retourné dans sa famille à Douala avec un programme de maintien en forme à respecter. Le joueur de Cotonsport de Garoua ne cache pas la difficulté actuelle : « c'est difficile. Tout est arrêté. Et comme vous savez, c'est en jouant qu'on a les avantages. Donc on prie le bon Dieu pour que le championnat puisse reprendre. » La situation des joueurs préoccupe également Hégaud Ouattara. « Je pense que dans les prochaines semaines, de nombreux clubs peuvent avoir des problèmes pour les paiements des joueurs, estime le conseiller en communication d'Ahmad. Déjà qu'en temps normal, les salaires représentent des difficultés en Afrique, si l'argent est rare, vous pourrez comprendre l'inquiétude et le besoin de trouver rapidement des portes de sortie. »

En conclusion, l'Afrique n'est pas encore en crise, comme l'Europe. Une très longue trêve pourrait toutefois entraîner des difficultés pour le football continental. Pour le moment, ce sont surtout les joueurs qui apparaissent en difficulté, mais le report éventuel du CHAN pourrait créer des tensions. La négociation des droits TV de la CAN 2021 pourrait présenter quelques, surtout si la compétition dédiée aux joueurs locaux n'est pas livrée à ce moment. Grégoire Ndjaka préfère rester positif : « nous sommes des hommes et nous devons nous adapter à toutes les situations que nous offre la vie et je crois que la CAF est aussi dans ces dispositions. »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.