Carnet : Quand Battiston se souvient de Suurbier, disparu dimanche

Carnet : Quand Battiston se souvient de Suurbier, disparu dimanche©Media365
A lire aussi

Emmanuel LANGELLIER : publié le lundi 13 juillet 2020 à 22h03

Patrick Battiston, l'ancien défenseur international français, se souvient de Wim Suurbier, latéral droit de l'Ajax Amsterdam des années 1970, disparu dimanche à l'âge de 75 ans.



Un ancien grand de l'Ajax Amsterdam s'en est allé. Wim Suurbier est décédé dimanche à l'âge de 75 ans. Ce n'est pas un nom qui parle aux jeunes d'aujourd'hui et peut-être même aux quarantenaires. Mais Suurbier résonne probablement dans les têtes des passionnés de ballon rond d'un âge plus avancé. Hospitalisée depuis le mois de mai, l'ancienne gloire du club néerlandais est décédée des suites d'une hémorragie cérébrale. Il avait porté le célèbre maillot de l'Ajax de 1964 et 1977 et remporté trois Coupes d'Europe des clubs champions (l'ancêtre de la Ligue des Champions) consécutives en 1971, 1972 et 1973. C'était le prototype du latéral droit moderne sous les ordres de Rinus Michels. Avec les Pays-Bas, Suurbier (60 sélections) aura disputé deux finales de Coupe du Monde (1974, 1978).

Battiston : « Il fut un exemple »

Wim Suurbier avait évolué sous les couleurs du FC Metz durant la saison 1978-1979. C'est là que Patrick Battiston l'avait côtoyé. « Quand j'ai vu Wim Suurbier débarquer à Metz en 1978, ce fut une grosse surprise. Pour moi, car j'étais jeune à l'époque, j'avais 21 ans et j'étais surtout imprégné de la culture de l'Ajax, mais également pour tout le football français. Il est venu chez nous pour évoluer au poste de libero et tout au long de la saison qu'il a passée avec nous il fut un exemple », se souvient dans L'Equipe l'ancien défenseur international français (56 sélections de 1977 à 1989).

Battiston sur Suurbier : « Il aimait sortir, vivre, mais que ce soit à l'entraînement ou en match, il répondait toujours présent»

« Un gars humble, dispo, cool comme pas mal de Hollandais que j'ai connus, pas du tout stressé malgré son passé de joueur et son incroyable palmarès, dit du Néerlandais Battiston, actuel directeur du centre de formation des Girondins de Bordeaux. Il a tout de suite été de bon conseil avec les jeunes. Moi, il m'a beaucoup appris. Je parlais un peu allemand, enfin j'avais des notions et j'ai pu communiquer avec lui. Il a toujours été attentionné. C'est rare de voir un gars comme ça qui était considéré à l'époque comme l'un des meilleurs latéraux droits du monde ».


Battiston se souvient également que Wim Suurbier était un bon vivant. « Alors oui, bien sûr, il aimait sortir, vivre, mais que ce soit à l'entraînement ou en match, il répondait toujours présent, énumère Battiston, célèbre pour avoir été victime de la terrible sortie du gardien allemand Harald Schumacher en demi-finale de la Coupe du Monde 1982 à Séville. En fait, il était sérieux dans ce qu'il faisait même s'il profitait de chaque bon moment de l'existence. Il n'est resté qu'une saison chez nous avant son départ pour Los Angeles et je ne l'ai plus jamais revu. Sa disparition me touche. »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.