Brest : Kiki revient sur son expérience brestoise

Brest : Kiki revient sur son expérience brestoise©Media365

Rédaction , publié le dimanche 14 juin 2020 à 14h35

Après la fin de son aventure avec le Stade Brestois, David Kiki est désormais libre de tout engagement. L'ancien des Chamois Niortais se plonge dans son passé avec le Stade Brestois et scrute l'avenir.

David Kiki, votre aventure avec le Stade Brestois s'est achevée. Qu'en retenir ?
Ce que je retiens, c'est que j'ai beaucoup appris sur ma personne. J'ai appris aussi sur la vie d'un groupe et j'ai fait de belles rencontres là-bas. Néanmoins, j'ai vécu beaucoup de moments compliqués, mais ça fait partie de la vie d'un footballeur. Toutes ces expériences vont me servir pour la suite de ma carrière même si on ne m'y a pas vraiment donné ma chance.

Avez-vous des regrets par rapport à la saison dernière ?
Bien sûr que j'ai eu des regrets. J'aurais aimé avoir une chance pour faire mes preuves mais je n'ai pas eu cette possibilité. J'avoue que je regrette un peu quand même cela.

Vous êtes désormais libre comme l'air. Quelle sera votre prochaine destination ?
Ma prochaine destination, je ne la connais pas encore. Le mercato vient d'être ouvert et ensemble avec mon agent, nous sommes en train d'étudier des pistes pour bien analyser ce qui sera bien pour moi afin que je puisse jouer et montrer à nouveau ce dont je suis capable. Je suis plus qu'impatient d'exprimer à nouveau mon vrai talent.

Avez-vous déjà eu des contacts en vue de la saison prochaine ?
Oui, oui, j'ai déjà eu des contacts et on est en pleins pourparlers pour opérer un meilleur choix.

Qu'est ce qu'on peut retenir de votre parcours jusqu'à présent ?
De mon parcours, je peux dire que j'ai gravi des échelons, que j'ai beaucoup progressé. Je suis arrivé en France à Belfort. De CFA en National, je suis allé en Ligue 2, aux Chamois Niortais, puis dans l'élite après. J'en déduis que j'ai eu à progresser et que j'ai beaucoup appris aussi. C'est sûr que dans la vie d'un footballeur, il y a des moments difficiles mais ces moments permettent de mieux rebondir et de bien faire son métier. Je n'ai que 26 ans et j'ai donc encore beaucoup d'années devant moi pour apprendre. Tout ce qui m'arrive, je le prends positivement car je sais que ça va me servir pour la suite.

Quels regards portez-vous sur la crise sanitaire qui a chamboulé tous les calendriers liés au football ?
J'avoue que la crise sanitaire de la maladie à coronavirus a bouleversé tous les calendriers dans le monde entier. C'est vrai qu'on ne s'y attendait pas, mais c'est un virus qu'il faut vraiment prendre au sérieux en respectant les gestes barrières. La santé est plus importante que tout, c'est une année particulière.

Où en êtes-vous avec les Écureuils du Bénin ?
On avait un regroupement en mars dernier mais cela n'a pu être effectif et pour cause, le virus était déjà bien présent et dictait sa loi. Là aussi, tout est à l'arrêt et nous n'avons pour l'instant pas idée de quand nous pourrons poursuivre les éliminatoires de la CAN 2021 et débuter celles de la Coupe du monde.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.