Brésil - Justice : Robinho condamné à neuf ans de prison pour " viol en réunion " et " violences sexuelles "

Brésil - Justice : Robinho condamné à neuf ans de prison pour " viol en réunion " et " violences sexuelles "©Media365

Rédaction , publié le jeudi 23 novembre 2017 à 19h11

Le Brésilien Robinho a été condamné à neuf ans de prison, jeudi, par le tribunal de Milan pour « viol en réunion » et violences sexuelles » pour des faits remontant à 2013 lorsqu'il évoluait à l'AC Milan.

Actuellement au Brésil où il est encore sous contrat jusqu'en décembre avec l'Atlético Mineiro, Robinho (33 ans) a été reconnu coupable, par le tribunal de Milan, pour les chefs d'accusation suivants : « viol en réunion » et violences sexuelles ». Le Brésilien a été condamné à neuf ans de prison. Selon la justice italienne, l'ancien attaquant de l'AC Milan et cinq personnes présentes ont violé une jeune femme albanaise (22 ans au moment des faits) dans une discothèque lombarde, le 22 janvier 2013, lorsque le joueur évoluait chez les Rossoneri (2010-2015).
Déjà dans le viseur de la justice anglaise en 2009 pour des faits similaires
L'ancien du Real Madrid (2005-2008) ou de Manchester City (2008-2010) avait déjà été accusé de viol en 2009 lors de son aventure chez les Citizens. L'affaire avait été classée sans suite par la justice anglaise. Pas cette fois-ci.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
1 commentaire - Brésil - Justice : Robinho condamné à neuf ans de prison pour " viol en réunion " et " violences sexuelles "
  • ils osent seulement le condamner parce qu'il n'est plus en exercice, sinon pour les autres, à part faire le buzz sur l'affaire au début, leurs clubs font en sorte d'étouffer ou de faire traîner et les joueurs véreux ont toujours leur fans idiots, contrairement aux politiques