Bleus : Didier Deschamps de moins en moins attentif aux critiques

Bleus : Didier Deschamps de moins en moins attentif aux critiques©Media365
A lire aussi

Rédaction , publié le vendredi 17 avril 2020 à 08h55

Dans une interview à L'Equipe, Didier Deschamps a confié qu'il faisait de moins en moins attention aux critiques dont il fait l'objet.

Bien que faisant partie des coaches français les plus titrés de l'histoire, et étant également champion du monde en titre, Didier Deschamps n'est pas épargné par les critiques. À la moindre prestation moribonde des Bleus, le patron tricolore est montré du doigt. Toutefois, à 51 ans, et alors que le passé il pouvait s'en offusquer, il assure aujourd'hui n'être guère sensible à ces piques extérieures.

« Les critiques m'atteignent de moins en moins, a-t-il confié dans un entretien à L'Equipe. Et ça date de bien avant le titre de champion du monde. Avant l'Euro 2016 même. L'âge, sûrement... ». Le technicien a cependant reconnu que ça n'a pas toujours été le cas et qu'à ses débuts dans le métier il faisait bien plus attention aux remarques dont il faisait objet : « Je ne cache pas que j'étais plus susceptible, voire très susceptible par rapport à ce qui pouvait être dit et que je trouvais injuste. Cela ne me pose plus de souci ».

Deschamps : « Repartir de derrière sans se créer d'occasion, ça sert à quoi ? »

Un entraineur est jugé en fonction du nombre de titres qu'il remporte mais aussi par parfois aussi par rapport à l'idée de jeu qu'il laisse. Deschamps sait que sa philosophie de jeu n'est pas la plus excitante de toutes, mais il estime « en toute modestie, ce dont on se souviendra, c'est ce que j'ai [il a ] connu en Equipe de France, une fois dans ma première vie, une deuxième fois dans la seconde ». DD a assuré ensuite avoir du respect pour les entraineurs qui essayent de mourir avec leurs idées, quitte à ne pas obtenir le résultat, mais pour lui « si c'est repartir de derrière et ne pas se créer une occasion, ça sert à quoi ? Si c'est pour se mettre en difficulté et ne pas être efficacité, je ne vois pas l'intérêt ».

Tout en admettant son côté pragmatique et son esprit de la gagne, Deschamps a indiqué qu'il était aussi très heureux quand ses équipes produisent du beau jeu. « En demi-finale du Mondial contre la Belgique, j'étais un peu énervé de voir mon équipe jouer si bas. Mais les joueurs se sentaient forts ainsi. On a défendu bas c'est vrai, mais on a très bien défendu, en effectuant très peu de fautes ». Enfin, le technicien a rappelé que depuis ses débuts son coach, il a eu des équipes qui jouaient très bien au ballon : « Globalement, on jouait bien à Monaco. A Marseille, pas à chaque match ; en équipe de France non plus. Mais l'idée n'est pas de dire à mes joueurs « on laisse le ballon. Je n'ai pas de consignes restrictives ».

Vos réactions doivent respecter nos CGU.