Belgique : Hazard voulait Henry

Belgique : Hazard voulait Henry©Panoramic, Media365

Paul Rouget, Media365 : publié le lundi 13 mars 2023 à 11h39

Eden Hazard, qui a pris sa retraite internationale après l'échec du Mondial qatari, a avoué sa surprise de voir Dominico Tedesco nommé à la tête de la Belgique plutôt que Thierry Henry.



Après plus de six ans à la tête de la Belgique, Roberto Martinez, désormais sélectionneur du Portugal, a démissionné suite à la décevante élimination des Diables dès la phase de poules du Mondial qatari. Mais alors qu'on attendait plutôt la nomination de Thierry Henry, ancien adjoint de Martinez, pour succéder à ce dernier, c'est Domenico Tedesco qui a été choisi, à la surprise générale. Eden Hazard, qui a annoncé sa retraite internationale après l'élimination prématurée à la Coupe du monde, à 31 ans, a d'ailleurs confié son étonnement à ce sujet dans un entretien accordé à la RTBF. "Je m'attendais à ce que ce soit Thierry Henry. Je comprends la démarche de la sélection, la volonté de clore le chapitre Martinez et de passer à autre chose. Personnellement, je ne le connais pas, Domenico Tedesco. J'en ai parlé avec les deux, trois joueurs allemands du Real qui m'ont dit que c'était un très bon coach", a déclaré celui qui ne joue quasiment plus à Madrid (98 minutes en trois apparitions en Liga depuis le début de saison).

Wilmots dubitatif

Lui aussi ex-international belge, mais d'une autre génération, Marc Wilmots (54 ans) a également avoué qu'il avait été surpris par ce choix de confier la sélection à Tedesco, un jeune technicien italo-allemand (37 ans), qui n'avait jusqu'alors entraîné qu'en club, notamment à Schalke, au Spartak Moscou ou au RB Leipzig. "C'est un entraîneur de club. Sélectionneur ce n'est pas la même chose. Il n'aura pas le temps de préparer ses matchs comme en club. En équipe nationale les joueurs arrivent le lundi, et match c'est déjà le jeudi. Donc si on compte la phase de récupération, le coach n'a que deux entraînements pour faire comprendre aux joueurs ce qu'il veut, c'est extrêmement compliqué", estime l'ancien Bordelais. A Tedesco de faire mentir ses détracteurs, lui qui va connaître son baptême du feu sur le banc belge le 24 mars en Suède, pour le compte des éliminatoires de l'Euro 2024.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.