Avec Lopetegui, la jeunesse au pouvoir

Avec Lopetegui, la jeunesse au pouvoir©Media365

David HERNANDEZ, publié le mardi 28 mars 2017 à 13h45

Successeur de Vicente Del Bosque à la tête de la Roja, Julen Lopetegui réussit pour le moment ses débuts grâce notamment à une confiance maximale envers les jeunes symbolisés par Thiago Alcantara et David De Gea.

L'Espagne n'a pas fait dans le détail vendredi contre l'Israël. Une large victoire (4-1) qui conforte la Roja tout en haut du groupe G à égalité avec l'Italie, tombeuse de l'Albanie (2-0). Ce match a surtout permis aux Espagnols de fructifier un peu plus son goal-average (+17). Dans un Molinon de Gijon acquis à leur cause, les hommes de Lopetegui ont déroulé un football qu'on n'avait pas vu depuis bien longtemps. Affichant une maîtrise dans tous les domaines, la Roja semblait bien loin de celle qui s'est fait sortir de l'Euro 2016 en France. Pourtant si l'on se penche sur les compositions entre le match de vendredi et celui de juin contre l'Italie, on ne dénombre que quatre changements. Si Morata est en balance avec Diego Costa lors de chaque match, Nolito, Fabregas et Juanfran n'ont pas été appelés par le nouveau sélectionneur pour les deux confrontations de mars. La raison ? Un niveau de jeu insuffisant pour les Anglais que sont Nolito et Fabregas mais surtout une envie de faire place à la jeunesse espagnole de la part de Lopetegui avec une génération sur le déclin.
Des similitudes avec la France
Symbole de ce parti pris de Lopetegui depuis septembre 2016, l'influence croissante de Thiago Alcantara (25 ans). Depuis six mois, le Bavarois a reçu les clés du camion aux côtés de David Silva et Andres Iniesta comme Griezmann a pu recevoir celles des Bleus de la part de Deschamps. Son match contre l'Israël a rappelé pourquoi Pep Guardiola avait choisi de mettre le paquet (24,5 millions d'euros) sur son ancien protégé du Barça pour l'attirer dans les filets du Bayern Munich. Auteur de deux passes décisives pour Vitolo et Diego Costa, le n°10 espagnol aurait pu corser l'addition si la barre n'en avait pas décidé autrement. Que cela ne tienne, Alcantara est comme un poisson dans l'eau après avoir été dans l'ombre des Xavi et Iniesta au Barça et en sélection. « Il est normal d'avoir plus confiance avec Julen parce qu'il a été mon entraîneur chez les U21 et qu'on a vécu beaucoup de match ensemble. On le connaît bien et lui nous connaît aussi donc c'est plus facile pour se comprendre », a-t-il avoué en conférence de presse.
Huit membres des U21 2013
Car le choix de la Fédération espagnole de confier les rênes de la Roja à l'ancien coach du FC Porto (2014-2016) est tout sauf un choix non calculé. Avant de prendre le contrôle des A, l'ancien portier du Rayo Vallecano a fait ses gammes avec les jeunes espagnols. Une parenthèse de quatre ans avec comme point culminant le sacre européen chez les U19 en 2012 (Jese, Deulofeu, Alcacer) et chez les U21 en 2013 avec une Rojita dorée. Et devinez qui composait cette dernière équipe ? Alcantara, bien évidemment, mais aussi De Gea, Nacho, Koke, Morata, Carvajal, Isco et Illarramendi. Des Espoirs qui font partie intégrante maintenant de la Roja et qui est amenée à prendre le flambeau laissé par la génération double championne d'Europe et championne du monde. Asier Illarramendi, perdu au Real et de nouveau performant à la Sociedad, savoure cette première convocation en sélection. « C'est une satisfaction pour moi d'être ici. J'ai retrouvé Julen Lopetegui et les anciens U21 avec qui j'ai vécu une très belle expérience. » S'il n'a pas bouleversé le style de jeu qui fait la renommée de l'Espagne depuis dix ans, Julen Lopetegui a peut-être trouvé la clé du renouveau espagnol avec cette jeunesse flamboyante dont il connaît les moindres secrets couplée à des patrons expérimentés comme Sergio Ramos ou Busquets.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
1 commentaire - Avec Lopetegui, la jeunesse au pouvoir
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]