Au bord de la mort, Nasri a vu le vrai visage des gens

Au bord de la mort, Nasri a vu le vrai visage des gens©Media365
A lire aussi

Rédaction , publié le vendredi 13 octobre 2017 à 22h13

Samir Nasri a révélé qu'il était passé près de la mort durant sa dernière année à Marseille et que cet épisode lui avait montré la vraie nature des gens dans le monde du football.

Comme Karim Benzema ou Hatem Ben Arfa, Samir Nasri fait partie de cette génération 87 qui fait tant parler en bien comme en mal. Le nouveau meneur de jeu d'Antalyaspor a choisi de rejoindre la Turquie après des derniers mois difficiles du côté de City malgré un prêt concluant au FC Séville. Comme pour Ben Arfa , il reste un goût d'inachevé au regard de la carrière du Marseillais.

Pétri de talent, Nasri a beaucoup fait parler de lui pour ses frasques comme cette altercation avec un journaliste lors de l'Euro 2012. Jamais la langue dans sa poche, le « Petit Prince » du Vélodrome l'assume. « Le football est un monde d'hypocrite, mais je peux me regarder dans le miroir, je sais que je reste digne, que je suis resté moi-même. Certains peuvent dire que je suis arrogant ou que j'ai ma fierté, mais je suis franc », dit-il à Canal.

Il tient cette franchise de sa dernière année passée sous le maillot de l'OM et d'une méningite. « Au cours de ma dernière année à Marseille, j'ai passé 12 jours à l'hôpital avec une méningite et j'ai vu le côté réel des gens. J'ai vu ceux qui étaient là pour moi quand tout allait bien, quand j'étais le petit prince de Marseille, quand j'avais joué la saison où je suis devenu international. » Avant d'ajouter, « Les gens étaient derrière moi alors, mais quand j'ai été malade pendant 12 jours, avec une méningite sur le point de mourir, personne n'était là. »

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU