Amical : Les cinq raisons de suivre la soirée internationale de mardi

Amical : Les cinq raisons de suivre la soirée internationale de mardi©Media365
A lire aussi

Arthur Merle, publié le mardi 27 mars 2018 à 09h05

Avant le deuxième épisode de cette trêve internationale, voici cinq raisons de suivre toutes ces rencontres avec attention. De belles affiches sont au programme comme Allemagne - Brésil, Angleterre - Italie ou encore Espagne - Argentine.

Pour les retrouvailles entre le Brésil et l'Allemagne8 juillet 2014, demi-finale de Coupe du Monde. Sur ses terres, le Brésil n'a pas totalement rassuré, jusqu'à ce dernier carré, sur sa capacité à aller chercher un sixième titre de champion du monde. La Seleçao a une occasion en or de transformer ce choc contre l'Allemagne en déclic. Au lieu de ça, Marcelo et ses coéquipiers coulent complètement et se font humilier par la Mannschaft (1-7). Un peu moins de quatre ans plus tard, le champion du Monde en titre est toujours aussi régulier au haut niveau, malgré une élimination en demi-finale du dernier Euro contre les Bleus. Le Brésil, de son côté, semble mieux armé malgré l'absence de Neymar pour cette rencontre qui n'aura d'amicale que le nom. Depuis ce revers de taille, la sélection entraînée par Tite a décroché une médaille d'or lors des Jeux Olympiques de 2016. Malgré tout, on attend de voir comment les Auriverde aborderont cette rencontre psychologiquement. Elle pourrait en effet être déterminante dans l'approche que les Brésiliens auront avant le Mondial en Russie.Pour voir si l'Argentine saura répondre présent face à l'EspagneEtant donné le niveau de la rencontre entre l'Allemagne et l'Espagne vendredi (1-1), on ne peut être que demandeur de grosses affiches impliquant la Roja. Ce choc face à l'Argentine, vainqueur de l'Italie pour son premier match amical, est donc bienvenu. Mais au-delà de l'aspect alléchant de ce match sur le papier, il sera intéressant de voir comment l'Albiceleste se comportera face à l'une des références du football mondial. Vainqueur d'une équipe d'Italie moyenne vendredi, il ne faut surtout pas oublier que la sélection de Jorge Sampaoli a attendu la dernière journée de la phase de qualifications pour décrocher son ticket pour la Russie. Avec un Lionel Messi annoncé apte à jouer, on attend de voir ce que le potentiel offensif de cette équipe donnera face à Sergio Ramos and co. La défense, qui semble être le point faible de cette équipe, sera aussi attendue au tournant.Pour prendre des nouvelles de la BelgiqueLa rencontre entre la Belgique et l'Arabie saoudite sera la seule disputée par les Diables Rouges lors de ce rassemblement. Si l'effectif dont dispose Roberto Martinez donne envie de classer cette sélection dans la catégorie des favoris, les souvenirs de l'Euro 2016 et d'une élimination en quart de finale contre le Pays de Galles (3-1) appellent à la prudence. Ultra-dominateurs dans leur campagne de qualification pour le Mondial russe, Eden Hazard et ses coéquipiers auront certainement à cœur de confirmer leur bel état de forme. Le cas du joueur de Chelsea sera d'ailleurs scruté de près, puisque sa compatibilité - ou non - avec Kevin De Bruyne, pose question ces derniers jours.Pour voir si l'Angleterre est capable d'être plus inspirée offensivementDominatrice à Amsterdam face à une timide équipe des Pays-Bas, l'Angleterre a fait le job en s'imposant 1-0 vendredi. Mais la sélection des Three Lions a été coupable de nombreuses erreurs techniques dans le dernier geste. Classés parmi les moins bonnes attaques des pays européens directement qualifiés pour le Mondial, les Anglais, privés de Harry Kane, ont une marge de progression dans le domaine offensif et devraient avoir de quoi travailler mardi à Wembley, face à une équipe d'Italie malade et qui se montrera certainement prudente. Le cas de la Squadra Azzurra sera d'ailleurs lui aussi intéressant à analyser. La sélection transalpine, défaite par l'Argentine vendredi (2-0), aura certainement à cœur de ne pas basculer dans la catégorie des équipes neutres, ou moyennes.Pour en savoir un peu plus sur le niveau de forme des adversaires des Bleus La première vague de matchs amicaux a donné des indications, la deuxième les confirmera ou non. Quoiqu'il en soit, il sera intéressant de voir comment l'Australie, sèchement battue 4-1 en Norvège et le Danemark, vainqueur 1-0 contre le Panama, se comporteront mardi. Les Socceroos, opposés à la Colombie, chercheront face aux tombeurs des Bleus des certitudes après lesquelles ils semblent courir. Pour le moment, Mile Jedinak et ses coéquipiers ont tout d'une victime parfaite pour l'équipe de France lors du premier match du Mondial, étant donné les lacunes mises en lumière sur le plan défensif. De leur côté, Christian Eriksen et sa bande se sont montrés solides défensivement contre le Panama, sans être brillants offensivement. Mais le milieu de terrain de Tottenham a encore montré tout son impact sur sa sélection. Face au Chili d'Alexis Sanchez, le niveau devrait être tout autre. Didier Deschamps devrait être très attentif à ce qui se passera à Aalborg. Enfin, le Pérou ne jouera que mercredi, après avoir fait forte impression face à une Croatie qui avait pourtant aligné ses meilleurs joueurs (2-0).

Vos réactions doivent respecter nos CGU.