Amical : Allemagne, Espagne : qui pour s'imposer à la pointe de l'attaque ?

Amical : Allemagne, Espagne : qui pour s'imposer à la pointe de l'attaque ?©Media365

Arthur Merle, publié le vendredi 23 mars 2018 à 09h17

L'Allemagne reçoit l'Espagne, vendredi soir (20h45), en match amical. Outre leur statut de favoris, ces deux mastodontes ont un point en commun : celui de ne pas avoir choisi pour de bon leur titulaire en pointe.

Un choc de titans : c'est ce que la rencontre amicale entre l'Allemagne et l'Espagne, vendredi (20h45), va nous offrir. Deux derniers vainqueurs de la Coupe du Monde, ces deux ogres du football planétaire avancent une nouvelle fois vers un Mondial - celui de cet été en Russie, en l'occurrence - avec l'étiquette de favoris collée à la peau. Mais ces deux sélections ne partagent pas seulement ce statut. Elles ont aussi en commun de disposer, chacune, d'un effectif pléthorique. Sans pour autant avoir trouvé un attaquant de pointe indiscuté... et indiscutable.Diego Costa a tout à gagnerAduriz, Aspas, Isco, Rodrigo, Morata... Sur les quinze derniers matchs de l'Espagne, les noms et les profils se sont succédés à la pointe de l'attaque, avec une légère avance pour les deux derniers cités. De manière générale, la Roja cherche toujours le successeur de Fernando Torres, héros de la finale de l'Euro 2008 et encore buteur au même stade de la compétition en 2012. Le triple champion d'Europe s'est parfois adapté en évoluant avec un faux numéro 9, comme avec Cesc Fabregas en 2012. Et s'est même résolu à faire appel à un dinosaure comme David Villa en fin d'année dernière. Symptomatique d'une équipe qui cherche à retrouver son leader à ce poste. Dans ce contexte, un homme a peut-être une carte intéressante à jouer. Cet homme, c'est Diego Costa. Après une année à l'écart, le solide buteur de 29 ans a été appelé par Julen Lopetegui pour les deux prochains matchs amicaux. Plutôt logique, aux vues de ses performances à l'Atlético Madrid, où il est revenu lors du dernier Mercato hivernal. L'attaquant des Colchoneros était titulaire pour sa dernière apparition avec l'Espagne, et avait marqué lors de la large victoire de la Roja contre Israël (4-1). Il ne tient qu'à lui de reprendre sur les mêmes bases pour imposer son nom et écarter la (légère) concurrence de Morata et consors. Même si la question de son profil - plus combattant que joueur - reviendra quoiqu'il arrive sur le tapis dans ce système à une pointeTimo Werner, favori encore un peu jeune à la succession de Klose ?A l'image de Fernando Torres avec la Roja, Miroslav Klose est le dernier numéro 9 à avoir fait la loin à la pointe de l'attaque allemande. Depuis que la légende a pris sa retraite en 2014, la Mannschaft a appris à jouer sans point de fixation. Mais a dû s'arrêter dès les demi-finales de l'Euro 2016, face à l'équipe de France. Suffisant pour y voir un lien de cause à effet ? Pas forcément. Mais force est de constater que depuis, Joachim Löw a tenté de se retrouver une véritable gâchette. Ainsi, le nom de Timo Werner titulaire lors de la Coupe des Confédérations, est souvent apparu sur les feuilles de match du technicien allemand. L'attaquant du RB Leipzig représente l'avenir et s'est solidement installé dans le groupe allemand. Le joueur de 22 ans affiche des statistiques très intéressantes en sélection, avec sept buts inscrits en dix matchs, dont un contre le France en novembre dernier. Reste à connaître la capacité du joueur à s'adapter dans une grande compétition internationale. Le manque d'expérience est certainement son principal point faible face à la concurrence de Mario Gomez (32 ans), Sandro Wagner (30 ans), voire même Lars Stindl (29 ans). Le tout alors que Thomas Müller (28 ans) garde un profil d'homme à tout faire, évidemment capable d'évoluer comme attaquant de pointe. Mais l'alternative la plus utilisée depuis un an se nomme bien Wagner. L'attaquant du Bayern Munich, arrivé en Bavière lors du dernier Mercato, a déjà inscrit quatre buts en huit matchs avec le leader de Bundesliga. Et l'ancien buteur d'Hoffenheim ne manque pas de confiance : « Je me sens bien et à mes yeux, je suis le meilleur attaquant de pointe allemand, je l'ai déjà dit mille fois et ça ne changera pas », a-t-il récemment déclaré. A lui de le prouver quand il en aura l'occasion.Pas de numéro 9, mais pas de problèmeMais au fait, ce manque est-il vraiment un problème ? Si la sélection de Joachim Löw a peut-être touché ses limites du doigt lors du dernier Euro, on ne peut pas franchement dire que la tendance se soit confirmée par la suite. Avec 43 buts inscrits, l'Allemagne a terminé meilleure attaque (à égalité avec la Belgique) des qualifications pour le Mondial 2018, dans la zone Europe. Avec 36 réalisations, l'Espagne s'est positionnée juste derrière... Des statistiques impressionnantes qui le sont encore plus lorsque l'on s'intéresse au nombre de buts encaissés, très faible des deux côtés. Il est aussi utile de rappeler que ces deux formations sont allées chercher les deux dernières Coupes du monde avec des buteurs très variés. Andrés Iniesta et Mario Götze avaient alors été les uniques buteurs des finales...

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU