Algérie : Un maillot qui ne passe pas au Maroc

Algérie : Un maillot qui ne passe pas au Maroc©Media365

Rédaction Media365, publié le jeudi 29 septembre 2022 à 16h40

Les Marocains vont attaquer l'équipementier de l'Algérie si aucune modification n'est apportée.



La guerre diplomatique que se livrent le Maroc et l'Algérie connaît un nouvel épisode sur le terrain sportif. En cause, les nouvelles tenues d'entraînement de l'équipe nationale algérienne. Dévoilées la semaine dernière, avant les matchs amicaux des Fennecs, ces tuniques bariolées étaient alors présentées par Adidas comme« inspirées par la culture et l'histoire » de l'Algérie. Et plus précisément du zellige (carrelage décoratif, ndlr) du Palais-royal Zianide, El Méchouar de Tlemcen, construit en 1248.

Problème : ce n'est pas du tout l'avis de nombreux supporters marocains. Ces derniers voient dans les motifs de ces maillots une reproduction de symboles de la dynastie mérinide, qui régna au Maroc entre le XIIIe et le XVe siècles. La polémique a depuis enflé par réseaux sociaux interposés, jusqu'à remonter au niveau gouvernemental, et plus précisément au ministère de la Jeunesse, de la Culture et de la Communication, qui a mandaté un avocat afin de se saisir de ce qui est vu comme un « cas d'appropriation culturelle ».

Adidas menacé de poursuites judiciaires

« Une première lettre de mise en demeure au représentant légal du groupe Adidas [a été envoyée] afin de requérir le retrait de la collection des maillots de sport inspirés de l'art du zellige marocain », indique Me Mourad Elajouti sur son compte Twitter. « Emprunter un élément culturel traditionnel d'un pays et l'adjuger à un autre, peut s'apparenter à une manœuvre politique qui n'est pas innocente », poursuit l'avocat, avant d'adresser un ultimatum à Adidas.

La marque aux trois bandes a quinze jours pour retirer le maillot ou « prévoir une communication adéquate qui met en évidence que ces motifs utilisés pour la conception de ces maillots sont d'inspiration marocaine ». Si tel n'était pas le cas, le Maroc engagerait des poursuites judiciaires.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.