Algérie : Le dossier Alcaraz " est toujours au niveau de la FIFA "

Algérie : Le dossier Alcaraz " est toujours au niveau de la FIFA "©Media365

Patrick Juillard, publié le jeudi 02 mai 2019 à 19h45

Le président de la Fédération algérienne de football, Kheireddine Zetchi, a fait le point sur le litige qui oppose l'instance à l'Espagnol Lucas Alcaraz, ancien sélectionneur des Fennecs.

En marge de l'Assemblée générale ordinaire de l'instance, le président de la Fédération algérienne de football, Kheireddine Zetchi, a fait le point sur le litige qui oppose la FAF à l'Espagnol Lucas Alcaraz, démis de ses fonctions en octobre 2017, à quelques jours du match Algérie-Nigeria, comptant pour la 6eme et dernière journée des éliminatoires de la Coupe du Monde 2018. "Le dossier d'Alcaraz est au niveau de la Fédération internationale de football (FIFA). Aussi, il faut savoir que nous n'avons déboursé aucun centime dans cette faire mis à part ses salaires quand il était en poste. Si nous avions fait le contraire, les écritures auraient été déposées dans le bilan financier, a indiqué le dirigeant. Je vous rappel que son dossier est toujours en cours. On ne peut pas payer quelqu'un, avec qui, nous sommes en procédure. Quand la FIFA rendra son verdict, si on se sens lésés par rapport à la décision de l'instance mondiale, nous aurons le droit à un recours au niveau du TAS et nous allons continuer la procédure."

Un limogeage « arbitraire » ?

Pour rappel, l'ancien entraîneur de Grenade avait introduit ce recours devant la FIFA après avoir considéré que son limogeage était "abusif" et "arbitraire", au motif que les Fennecs étaient déjà éliminés de la course au Mondial 2018, bien avant sa prise de fonction. Alors que la Fédération tunisienne vient d'être condamnée à indemniser son ex-sélectionneur Henry Kasperczak pour des motifs voisins, le boss de la FAF se refuse pour l'heure à tout pronostic. "Le jour ou la procédure et toutes les voies de recours seront épuisées, on sera condamné à payer. Aussi, nous serons censés (...) informer l'opinion public du montant", a conclu Kheireddine Zetchi.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.