Al-Nassr : Ronaldo, quel fair-play !

Al-Nassr : Ronaldo, quel fair-play ! ©Panoramic, Media365

Paul Rouget, Media365 : publié le mardi 28 novembre 2023 à 15h41

Lors du match nul de son équipe d'Al-Nassr contre Persepolis en Ligue des champions asiatique (0-0), Cristiano Ronaldo a fait annuler un penalty en sa faveur, en expliquant qu'il n'y avait pas faute.


Trois jours après avoir inscrit un lob splendide dans le championnat saoudien, qui sera peut-être candidat pour le plus beau but de l'année, Cristiano Ronaldo a encore fait le buzz mardi, lors du match de Ligue des champions asiatique entre son équipe d'Al-Nassr et les Iraniens de Persepolis. Pas pour un but, cette fois, mais en raison d'un beau geste de fair-play. En tout début de match, alors qu'on jouait depuis moins de deux minutes, le Portugais s'est écroulé dans la surface, de manière très théâtrale, sur ce qui ressemblait à un contact avec un défenseur adverse. Ma Ning, l'arbitre chinois de cette rencontre, a alors immédiatement désigné le point de penalty, malgré les protestations des joueurs du club iranien. « CR7 » est alors allé voir l'officiel pour lui signifier qu'il n'y avait pas faute, et ce dernier n'a finalement pas accordé de penalty aux locaux.

Des douleurs au cou pour Ronaldo

Quelques instants plus tard, le défenseur saoudien Ali Lajami écopait d'un carton rouge. Mais le score est resté nul et vierge jusqu'à son terme (0-0). Ronaldo a lui cédé sa place à la 78e minute de jeu en raison de douleurs au cou, suite à un choc avec le gardien adverse. Le club de Riyad, où évoluent également le Franco-Espagnol Aymeric Laporte, ainsi que le Sénégalais Sadio Mané, le Croate Marcelo Brozovic ou encore le Portugais Otavio, était déjà qualifié pour les huitièmes de finale de la compétition, après avoir remporté ses cinq premiers matchs dans ce groupe au sein duquel on retrouve, outre Persepolis, le club qatari d'Al-Duhail, entraîné par l'ancien coach parisien Christophe Galtier, et l'Istiqlol Douchanbé, deux formations qui n'ont plus aucune chance de se qualifier, contrairement aux Iraniens, qui peuvent toujours décrocher la place de meilleur deuxième.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.