Real Madrid : Sergio Ramos provoque Séville et crée la polémique

Real Madrid : Sergio Ramos provoque Séville et crée la polémique©Panoramic
A lire aussi

6Medias, publié le samedi 14 janvier 2017 à 21h40

Sergio Ramos aurait pourtant dû s'en rappeler : nul n'est prophète en son pays. Alors jeudi 12 janvier, quand le Madrilène est revenu sur les terres du FC Séville, son club formateur, pour le match retour de la Coupe du Roi (3-3, qualification du Real Madrid), l'Espagnol a eu droit aux traditionnels sifflets et autres insultes qui lui sont réservés chaque fois qu'il vient au stade Ramón Sánchez Pizjuán.

Seulement cette fois, le défenseur a voulu répondre aux invectives du peuple andalou.

Et quelle réponse ! Dans un match mal embarqué pour le Real, mené au score par le club sévillan, Ramos a transformé un penalty d'une panenka à moins de 10 minutes de la fin (3-2, 83e). Non content d'avoir réussi ce geste périlleux, l'Ibère a ensuite tourné le dos au public de Séville, mettant les mains autour de ses oreilles, comme pour mieux entendre la colère de ses détracteurs.

L'histoire aurait pu s'arrêter là, mais les provocations du joueur ont eu l'effet escompté, et plus encore. Car une fois la rencontre terminée, Séville a enclenché sa riposte, loin des terrains. Dans un communiqué, le club a demandé à la Ligue de football professionnelle espagnole d'ouvrir une enquête sur la célébration si contestée du défenseur madrilène.

Sentant l'ampleur que prenait l'affaire, Sergio Ramos a tenu à s'expliquer sur son geste, affirmant n'avoir "insulté, ni manqué de respect à personne". "Mais j'ai voulu leur dire que quoi qu'ils pensaient, ce sera toujours ma maison. C'est dur d'entendre dès la première minute ces insultes sur ma mère. Je veux demander pardon aux vrais supporters sévillans, pas à ceux qui souillent ce grand club en se comportant ainsi", a-t-il précisé.

Face à l'ire de Séville, et à sa demande administrative, le Real s'est lui aussi saisi de l'affaire, bien décidé à prendre le parti de son joueur, notamment par le biais d'un communiqué qui rappelle le "soutien total et absolu" de la Casa Blanca à l'un des siens. "Le sport doit être un lieu de rencontre et d'union et non un lieu dédié à l'insulte, au lancement de projectile ou à quelque manifestation de violence que ce soit", a aussi estimé le club.

Enfin, le coach du Real, Zinedine Zidane, s'est lui aussi rangé derrière son capitaine. "Il est un exemple pour tous et pas seulement pour notre vestiaire. C'est sûrement le joueur espagnol le plus emblématique", a-t-il estimé samedi 14 janvier en conférence de presse. Ce dimanche, les deux équipes se retrouveront, en Liga cette fois-ci, mais toujours au Stade Ramón Sánchez Pizjuán. Nul doute que les supporters andalous sauront recevoir l'agitateur Ramos.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU