Pogba et l'argent, sujet qui fâche à Manchester

Pogba et l'argent, sujet qui fâche à Manchester©Reuters

6Medias, publié le samedi 23 juillet 2016 à 21h55

Dans le concert de louanges qui accompagne le transfert de Paul Pogba à Manchester United, une note dissonante se fait entendre. C'est celle de Paul Scholes, ancien joueur emblématique du club mancunien.

Dans un entretien accordé au site Sport Witness, il estime ainsi que le montant dépensé par MU pour faire revenir l'international français de 23 ans ne représente pas sa valeur réelle.

"Je ne pense pas qu'il vaut 86 millions de livres (environ 100 millions d'euros, ndlr). Avec ce genre de somme, on prend quelqu'un qui va réussir à te marquer 50 buts dans la saison, comme Cristiano Ronaldo ou Lionel Messi. Pogba n'entre pas encore dans cette catégorie de prix", a lancé Scholes. Pogba pourrait rejoindre Manchester contre la somme de 125 millions d'euros versée à la Juventus Turin. Les négociations, toujours en cours, devraient aboutir prochainement.

Scholes écorche surtout l'image du Français, coupable à ses yeux d'avoir demandé trop d'argent lors des discussions sur la prolongation de son contrat avec Manchester, dont il a déjà porté le maillot jusqu'en 2012. "C'était un joueur vraiment talentueux. J'ai joué avec lui et je savais à quel point il était bon. Il a dû jouer pour l'équipe première seulement une ou deux fois, mais selon ce que j'ai su à ce sujet il a demandé beaucoup trop d'argent. Pour quelqu'un de son âge (18 ans à l'époque, ndlr), il a demandé trop d'argent. C'était énorme pour quelqu'un qui n'avait jamais réellement joué avec l'équipe première", a raconté Scholes.

Frustré par un temps de jeu trop faible selon lui, Pogba avait refusé de poursuivre sa carrière à Manchester. Son agent Mino Raiola avait alors entamé des négociations avec la Juventus Turin pour un transfert acté au cours de l'été 2012. Quatre ans plus tard, Pogba pourrait revenir en Angleterre avec le statut de joueur le plus cher de l'histoire.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU