Les dernières heures de Louis Nicollin racontées par le chef Michel Kayser

Les dernières heures de Louis Nicollin racontées par le chef Michel Kayser©Panoramic
A lire aussi

6Medias, publié le vendredi 30 juin 2017 à 19h41

L'emblématique président du club de football de Montpellier, Louis Nicollin, s'est éteint jeudi d'un malaise cardiaque, le jour de ses 74 ans.

Un décès brutal qui est survenu alors qu'il déjeunait avec une dizaine de proches dans le restaurant deux étoiles "Alexandre" à Garons (Gard). Effondré, le chef étoilé Michel Kayser, a raconté dans les colonnes de Midi Libre les dernières heures de Louis Nicollin.

"​Il était heureux, hypercontent de fêter son 74e anniversaire en compagnie de sa femme Colette et de ses proches. Il avait privatisé la grande salle. Il a bu une coupe à l'apéro, dehors sur la terrasse, puis durant le repas il n'a pas fait d'excès. Ils ont tous été raisonnables. Je n'en reviens toujours pas. J'ai tout fait pour le rendre heureux aujourd'hui et ça se termine comme ça. C'est de la folie. Il était venu fêter son anniversaire chez moi et...", a-t-il raconté à Midi Libre.

Michel Kayser est également revenu sur le moment où tout à basculé : "ils avaient fini de déjeuner. Il s'est rendu aux toilettes et quand il est revenu, il était essoufflé. Et il a fait un petit malaise. Alors il s'est assis sur la chaise, il voulait reprendre un peu d'air, quelqu'un l'a ventilé. Ce n'était pas la première fois qu'il faisait un malaise. Sauf que là, il ne s'est plus jamais relevé. Et pourtant, on a tout tenté. On a immédiatement appelé les pompiers qui sont arrivés sur les lieux rapidement en dix minutes, un quart d'heure. Ils ont fait vite".

En attendant les secours, Michel Kayser raconte que l'un de ses employés s'est chargé de lui faire un massage cardiaque, en vain. Transporté à l'hôpital avec "un peu de pouls", les médecins n'ont rien pu faire pour Louis Nicollin.



Le chef doublement étoilé tente de se consoler en espérant lui avoir "tout de même fait passer un bon moment avant de mourir". "Pour moi, c'était un Monsieur exemplaire. Un grand Monsieur du foot et un grand entrepreneur. C'est une journée tragique pour moi, que je ne vais pas oublier de sitôt".

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
51 commentaires - Les dernières heures de Louis Nicollin racontées par le chef Michel Kayser
  • Tu resteras toujours dans notre cœur , tu vas nous manquer.
    Merci Loulou

  • Quels que soient les avis de chacun, quand on a reçu un minimum d'éducation, un mort ça se respecte.
    Les commentaires de certains abrutis laissent deviner aisément leur niveau, tant intellectuel que comportemental et social.
    Repose en paix Monsieur Nicollin, le foot français te doit beaucoup.

    C'est un peu gonflé de parler de Nicollin et de respect car lui n'en avait aucun de respect (quand il traitait un joueur de tapette par exemple). Après, ça n'empêche pas le respect du deuil effectivement

  • Pour manman ,avant de parler ,renseignez vous ,il a fait beaucoup pour sa ville ,foot association ,dont,et il a fondé son empire,et vous quavez vous fait ,et ne trouvez vous pas que Mme il y'a beaucoup dommage à son égard,pauvre ignorant.

    On ne comprend rien à vos propos incohérents, mais c'est sans doute une manière de rendre hommage...

  • je suis supporter du LOSC et un jour de championnat Lille Montpellier je l'ai rencontre a la baraque a frite et oui ca s'invente pas de la c'est suivi une discution entre vrai amateur de foot cela fait longtemps mais je ne l'oublierai jamais
    c'etait vraiment un mec bien loulou
    reposez en paix MR NICOLLIN

  • avec un grosse pub en plus...................tout s'exploite même le malheur, il est bien connu le malheur des uns fait le bonheur des autres.
    Même si on y est pour rien et qu'on ne l'a pas souhaité.