"Je fonds en larmes, je suis touché", Vikash Dhorasso revient sur sa fin de carrière

"Je fonds en larmes, je suis touché", Vikash Dhorasso revient sur sa fin de carrière©Panoramic
A lire aussi

6Medias, publié le vendredi 10 novembre 2017 à 11h05

A l'occasion de la parution de son autobiographie intitulée « Comme ses pieds », dont Le Parisien a eu les premières feuilles, Vikash Dhorasso revient sur sa carrière, de son enfance à son licenciement du PSG. Sans langue de bois.

Dix ans que Vikash Dhorasso a arrêté sa carrière de footballeur.

Un laps de temps suffisant semble-t-il pour écrire ses mémoires, du moins une autobiographie. Il y raconte plusieurs moments forts de sa carrière, dont Le Parisien s'est procuré quelques extraits. Et il va sans dire que l'ancien international n'élude rien. De ses conquêtes amoureuses à son licenciement du PSG, il revient surtout sur deux éléments, dont un clash avec Grégory Coupet. Il raconte. Le 3 octobre 2000, c'est la mi-temps du match Lyon - Arsenal. Grégory Coupet lui dit : « Tu m'écoutes, sinon tu vas prendre mon poing dans ta gueule. [...] Je suis en train de me faire masser. Après quelques échanges avec Greg, il me saute dessus. Le kiné a ma jambe sur l'épaule, mais il réussit à nous séparer ». Dhorasso raconte qu'il s'agit d'un match important, qu'il va alors se rasseoir, hagard. Il reprend finalement le match un peu perdu. « Je rentre après tout le monde sur le terrain, complètement bouleversé. Je perds la balle, Arsenal marque. »

Les larmes de la fin
Mais Vikash Dhorasso se confie aussi sur des moments plus délicats, à l'image de sa fin de carrière. « C'est la fin, enfin presque. Je reviens de Fulham et ma blessure semble grave. Le ligament a pété. [...]. J'ai reçu une proposition de Parme. Je laisse les béquilles et passe la visite médicale, le résultat est sans appel. C'est fini. » Fin de carrière donc pour le Français, son plus grand moment de solitude quand son agent le dépose à l'aéroport : « Je sors, je m'en vais. Sauf que je n'ai plus de béquilles et que je ne peux plus marcher. J'ai mal. Je m'écroule. Et puis je fonds en larmes. Je suis touché. »

 
38 commentaires - "Je fonds en larmes, je suis touché", Vikash Dhorasso revient sur sa fin de carrière
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]