Egypte : Salah impose ses conditions pour un retour en sélection

Egypte : Salah impose ses conditions pour un retour en sélection©Panoramic
A lire aussi

6Medias, publié le lundi 27 août 2018 à 18h29

Fâché après la Coupe du Monde, l'attaquant star égyptien Mohamed Salah, aurait pensé à s'éloigner de la sélection nationale. Ce lundi, par l'intermédiaire de son avocat, il a posé les conditions d'un possible retour à sa Fédération, raconte 20 Minutes.

Mohamed Salah est fâché.

Du moins, il était fâché avec sa Fédération. Après une Coupe du Monde ratée avec les Pharaons égyptiens, l'attaquant de Liverpool avait laissé planer le doute quant à la suite de sa carrière en sélection. Pire, selon ESPN et CNN, Salah aurait même pensé à arrêter alors que le troisième match de poule face à l'Arabie Saoudite n'avait pas été joué.



Mais aujourd'hui, les choses ont semble-t-il évolué, raconte 20 Minutes. Par l'intermédiaire de son avocat, qui est aussi son agent, le meilleur buteur de Premier League la saison passée, tape du poing sur la table. Il impose ses conditions à sa Fédération. "Nous avons demandé des garanties quant au bien-être de Mohamed en sélection, et l'assurance que ces problèmes de violation de droits d'image ne se reproduisent pas", a déclaré sur Twitter Ramy Abbas Issa.

Instrumentalisation politique

En effet, juste avant la Coupe du Monde, Mohamed Salah n'avait que très peu apprécié le séjour de la sélection égyptienne en Tchétchénie où il avait été instrumentalisé par le très controversé Ramzan Kadyrov. Tiré de sa chambre d'hôtel, photo en présence du leader tchétchène... et comble du « spectacle », une cérémonie où il avait été fait citoyen d'honneur de la république autonome, rappelle 20 Minutes.

Souriant sur le coup, la star de Liverpool était ressortie furieuse de l'entrevue. Le joueur égyptien qui disputait ce Mondial à moitié blessé (à la suite de son choc à l'épaule en finale de Ligue des Champions), avait dû aussi faire avec la présence dans leur camp de base de nombreuses célébrités et hommes d'affaires, les empêchant de s'entrainer correctement. "Assez c'est donc assez", dit-on dans son camp, qui ne demande cependant pas de traitement spécifique. La réponse de la Fédération est désormais attendue.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.