Manchester City : Remise en liberté refusée pour Mendy

Manchester City : Remise en liberté refusée pour Mendy©Media365

Axel Allag, Media365, publié le lundi 11 octobre 2021 à 17h10

Ce lundi, pour la troisième fois, la justice britannique a refusé la nouvelle demande de libération sous caution formulée par Benjamin Mendy. Le défenseur de Manchester City est placé en détention provisoire depuis le 27 août dernier en raison de plusieurs accusations de viols et d'agressions sexuelles présumés.


Ce lundi, le tribunal de Chester a refusé d'accorder à Benjamin Mendy, le défenseur de Manchester City, une libération sous caution d'après les informations dévoilées par le Manchester Evening News. Inculpé pour viols et agression sexuelle et détenu depuis le 27 août, le joueur des Citizens s'est vu refuser la possibilité d'être libéré moyennant le paiement d'une caution pour la troisième fois. C'est suite à une audition organisée à huis clos qu'un représentant du tribunal de Chester a adressé la nouvelle aux médias, d'après la source. Le juge Patrick Thompson ayant donc refusé d'accorder la libération sous caution, Mendy devra donc attendre le 15 novembre prochain, et un nouveau passage devant la justice, afin de voir sa situation évoluer.

Le procès de Mendy prévu pour fin janvier 2022

Pour rappel, le joueur âgé de 27 ans est est inculpé pour quatre viols et une agression sexuelle par trois plaignantes, dont une mineure âgée de 17 ans. Les faits se sont déroulés entre octobre 2020 et ce mois d'août 2021. Si il plaide non coupable, le défenseur champion du monde 2018 devra se défendre lors d'un procès. Ce dernier est prévu pour le 24 janvier 2022. Son procès pourrait alors durer entre deux et trois semaines. Non inscrit dans la liste des joueurs de Manchester City afin de disputer la Ligue des Champions, Benjamin Mendy a également disparu du site de la boutique officielle des champions d'Angleterre. Avant le duel entre les Citizens et le PSG, le 28 septembre dernier au Parc des Princes (2-0), son entraîneur, Pep Guardiola, avait été interrogé sur son cas, refusant alors de répondre.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.