Man Utd : Pogba lève le poing... jusque dans ses cheveux

Man Utd : Pogba lève le poing... jusque dans ses cheveux©Media365
A lire aussi

Thomas Siniecki : publié le samedi 04 juillet 2020 à 18h16

Jamais avare de dédicaces capillaires, Paul Pogba s'est mobilisé pour la bonne cause, avec le symbole du mouvement antiraciste Black Lives Matter dessiné sur son crâne, à l'occasion de MU - Bournemouth samedi.



Paul Pogba, en marge du match entre Manchester United et Bournemouth (5-2, 33eme journée de Premier League), a dévoilé une coupe de cheveux spéciale en référence au mouvement Black Lives Matter : un poing levé est ainsi dessiné sur le côté de son crâne. Avant chaque match du championnat anglais depuis la reprise, les joueurs respectent une minute de silence avant le coup d'envoi et mettent le genou au sol autour du rond central, en mémoire notamment de George Floyd, cet Américain noir décédé le 25 mai à Minneapolis lors d'une interpellation policière. Liverpool, quelques jours après sa mort, avait déjà posté une photo à Anfield où on voyait tous les joueurs poser ainsi leur genou à terre, symbole de cette lutte antiraciste partie des Etats-Unis.

La « honte » de Guardiola

Il y a deux semaines, c'est Pep Guardiola qui avait délivré un message particulièrement fort : « Nous, les blancs, on doit s'excuser, dire pardon pour la façon dont nous avons traité les noirs depuis quatre siècles. J'ai honte de ce qu'on a fait aux noirs dans le monde. Ce n'est pas seulement avec George Floyd aux Etats-Unis, le problème est partout. Peut-être que c'est trop tard pour notre génération, mais la nouvelle peut comprendre que nous sommes tous des êtres humains, peu importe la couleur de peau. Tous les gestes de solidarité sont importants, c'est un combat de tous les jours face à ce problème qui dure depuis de nombreuses années. »


Ce poing a visiblement donné de la force à Paul Pogba, encore auteur d'un match plein et qui aurait pu marquer dans les dernières minutes. Le champion du monde avait déjà posté un message d'alerte sur les réseaux sociaux au début du mois dernier, lorsque la vague d'indignation était progressivement devenue mondiale.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.