Le président de Tottenham dézingue le Mercato

Le président de Tottenham dézingue le Mercato©Media365

David HERNANDEZ, publié le mercredi 26 juillet 2017 à 11h01

Daniel Levy, président de Tottenham, ne comprend pas les sommes faramineuses dépensées sur le marché des transferts et ne compte pas voir son club céder à cet emballement.

A Tottenham, on veut vendre cher mais on ne veut pas dépenser des millions pour se renforcer. Les Spurs ont réussi à vendre Kyle Walker pour 57 millions d'euros à Manchester City. Une sacré somme pour un latéral droit qui ne fait que confirmer l'inflation des transferts depuis quelques années. Daniel Levy, le président du club londonien, ne voit d'ailleurs pas d'un bon œil cette augmentation du prix des transferts même s'il est le premier à en profiter. « Une partie de l'activité sur le marché des transferts actuel n'est pas possible à tenir dans la durée. Quand tu dépenses 200 M£ de plus que ce que tu gagnes, un jour ça finit par te rattraper. », a alerté Levy à New-York. Si l'on décrypte bien les propos du président du club londonien, l'attaque est directement adressée au PSG et à son projet de faire venir Neymar pour 222 millions d'euros mais aussi aux autres cadors anglais contre City ou United.

Pour lui, chaque club devrait dépenser ce qu'il vend à l'image de ce qu'avaient fait les Spurs au moment de la vente de Gareth Bale (achat de 5 joueurs) en 2013. Malgré une enveloppe de 80 millions d'euros grâce aux départs de Walker, Bentaleb, Njie et Fazio, le deuxième de Premier League n'a pas encore sorti le carnet de chèque dans ce Mercato estival. Une stratégie pleinement assumée par Levy. « Nous avons un coach qui croit dans le centre de formation, donc tant qu'on aura pas trouvé un joueur capable de faire la différence, on donnera la chance à l'un de nos jeunes de jouer. Le centre de formation est important parce que si nous formons nos propres joueurs nous n'avons pas à dépenser 20 ou 30 millions de livres sur un joueur. En plus, un joueur du centre de formation à un réel attachement au club et c'est ce que les supporters ont envie de voir. » Les exemples Harry Kane, Danny Rose ou Dele Alli (en partie) sont là pour appuyer la politique de Tottenham et de son président qui auront bientôt leur nouveau stade.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU