Décès d'Emiliano Sala : Sa mère s'en prend au club de Cardiff

Décès d'Emiliano Sala : Sa mère s'en prend au club de Cardiff©Media365

Geoffrey Steines, publié le jeudi 21 mars 2019 à 11h15

Mercedes, la mère d'Emiliano Sala, s'exprime pour la première fois depuis le décès de l'attaquant argentin dans un entretien accordé à la chaîne L'Equipe et retranscrit dans le journal ce jeudi. Elle y fait état de sa « colère », notamment envers Cardiff City, et de sa « tristesse ».



L'enquête en cours, Mercedes Sala ne s'était pas exprimé publiquement dans les médias français depuis l'accident d'avion ayant coûté la vie à son fils Emiliano Sala en janvier. Elle est sortie du silence, dans un entretien accordé à la chaîne L'Equipe dans le cadre d'un documentaire qui sera diffusé prochainement et retranscrit dans les colonnes du journal ce jeudi. Elle y fait état de sa volonté de tout faire pour que la lumière soit faite sur les circonstances exactes du drame. « Je veux simplement dire que je réclame justice pour mon fils. Tout simplement la vérité. Que la justice détermine s'il y a eu de la négligence, si quelqu'un s'est trompé, et qu'il paye. Que ceux qui ont quelque chose à voir avec ça payent. On a parlé de beaucoup de choses, on a dit qu'un pilote ne s'était pas présenté, qu'un autre était venu à sa place, etc. Ce sont des questions que l'on a posées à la police britannique, ce sont des questions auxquelles on n'a toujours pas de réponse. »

« La signature ne peut pas être effacée »

Au cours de cet entretien, Mercedes Sala épargne le FC Nantes, avec lequel elle garde un contact irrégulier via un représentant : « Nantes dit qu'il ne l'avait plus comme joueur puisqu'il avait déjà signé à Cardiff. Ils estiment qu'ils ont fait ce qu'ils avaient à faire. Et, d'une certaine façon, c'est vrai. » Elle se montre en revanche bien plus dure avec les dirigeants gallois, et sa gestion du dossier depuis le décès de l'attaquant argentin. Elle s'étonne notamment que le club ait gelé le versement de l'indemnité de transfert. « Il a signé devant la presse, devant tout le monde. Donc, eux, ils doivent payer. Bien sûr, eux aussi mènent leur enquête sur l'accident pour savoir comment cela s'est passé. Cela me semble logique. Mais il faut qu'ils honorent leur parole. La signature ne peut pas être effacée. »

« D'ici la fin de l'année on saura »

Mercedes Sala estime aussi qu'« ils n'ont pas pris soin de lui comme il le méritait ». A l'instar de Willie McKay, sulfureux agent britannique qui a joué le rôle d'intermédiaire dans la transaction et qui s'est occupé de mettre l'avion à disposition de l'ancien Bordelais : » Cet homme n'a pas parlé avec moi. J'attends qu'il me parle. » En attendant, elle se désespère que l'enquête n'avance pas plus vite. Mais elle est convaincue « que d'ici la fin de l'année on saura ce qu'il s'est passé. » « Pour l'instant, je ne peux rien dire. J'ai besoin de preuves supplémentaires pour pouvoir parler et donner des noms. » En hommage à son fils, Mercedes Sala fait en tout cas la promesse de ne rien lâcher jusqu'à ce que la vérité n'éclate. « Je vais faire en sorte de valoriser tous les efforts qu'il a pu faire durant toutes ces années. On va faire tout notre possible. »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.