Arsenal : Özil va payer le salaire de la mascotte

Arsenal : Özil va payer le salaire de la mascotte©Media365
A lire aussi

Thomas Siniecki, Media365 : publié le mardi 06 octobre 2020 à 17h59

On a trouvé le sauveur de Gunnersaurus ! Mesut Özil, en personne, se porte caution pour payer le salaire de la mascotte fraîchement licenciée, afin qu'elle puisse continuer à arpenter la pelouse de l'Emirates Stadium lors des matchs d'Arsenal.



Gunnersaurus, la légendaire mascotte d'Arsenal dont les dirigeants avaient annoncé le licenciement après 27 ans de bons et loyaux services, devrait poursuivre sa mission. Alors que la mobilisation avait été immédiate et massive, lancée notamment par Ian Wright (longtemps meilleur buteur de l'histoire du club, avant d'être dépassé par Thierry Henry), c'est Mesut Özil qui monte sérieusement au créneau en faveur de Jerry Quy, celui qui incarne ledit dinosaure depuis tant de temps : "Je suis si triste qu'il soit viré, c'est notre fameuse et loyale mascotte, une partie intégrante de notre club depuis 27 ans. Je propose donc à Arsenal de rembourser le salaire complet de notre gros bonhomme vert, aussi longtemps que je serai un joueur d'Arsenal... Ainsi, il peut donc continuer le job qu'il aime tant."

D'aucuns n'y verront qu'un acte de démagogie de la part de l'international allemand, qui n'est presque plus jamais aligné par Mikel Arteta. Blessé en fin de saison dernière, il n'a pas été appelé une seule fois dans l'effectif depuis la reprise de la compétition, à tel point que sa situation devient assez incompréhensible puisqu'il n'a pas été transféré non plus... Sa dernière apparition date de sa titularisation contre West Ham, lors de la 29eme journée de Premier League (1-0 pour les Gunners). C'était avant le confinement, le 7 mars. Cette sortie d'Özil peut même être interprétée comme une nouvelle marque de défiance à l'endroit de ses patrons, dont l'impopularité va désormais être plus que mise à mal. Iront-ils jusqu'à prendre au mot leur joueur, sans faire machine arrière de leur côté ?

Vos réactions doivent respecter nos CGU.