Wenger regrette d'avoir refusé un club français

Wenger regrette d'avoir refusé un club français©Media365
A lire aussi

Rédaction , publié le samedi 03 octobre 2020 à 13h30

L'ancien manager d'Arsenal a décliné une approche de l'OL en 2019. Il se demande aujourd'hui si c'était le bon choix.

Après avoir exercé le métier d'entraineur sans discontinuité pendant trente-quatre ans, Arsène Wenger se trouve sans club depuis deux saisons. Le chevronné technicien français n'a plus coaché depuis son départ à Arsenal. Ce ne sont pourtant pas les occasions qui lui ont manqué. Avec le recul, et alors qu'il célébrera ses 71 ans dans trois semaines, il se demande s'il n'aurait pas mieux fait de dire oui à certaines propositions dont une émanant de son pays.

« C'était trop tôt pour replonger »

Il y a un an, l'Alsacien avait été approché par Lyon pour succéder à Bruno Genésio. Il avait alors éconduit les Rhodaniens. « Je n'avais jamais fait de coupure, et après trente-six ans d'affilée sur le banc, j'avais besoin de réfléchir, a-t-il justifié. C'est évidemment ce lien unique avec qui a rendu plus difficile le passage d'un club à l'autre. Aujourd'hui, je me demande si je n'ai pas eu tort de ne pas prendre Lyon, en mai 2019, quand on me l'a proposé ». L'ancien patron des Gunners a enchéri en indiquant qu'il n'était « pas prêt ». « Cela me semblait trop tôt pour replonger. Je n'avais pas fait le deuil totalement », a-t-il ajouté.

Même si le terrain lui manque et qu'il reste toujours très attaché à sa passion, Wenger affirme que s'éloigner de ce monde du football lui a fait du bien. « C'est une liberté. J'ai fait tellement longtemps ce métier... Et je ne l'ai jamais fait à moitié. Du matin au soir, sept jours sur sept, je ne faisais que ça. Donc, je peux apprécier une forme de liberté, a-t-il confié. Ce qui est bien, c'est de ne pas être pressé par le temps. Ce qui est beaucoup moins bien, c'est de ne plus avoir d'objectif précis. Ça, c'est difficile. Ce qui est beaucoup moins bien, aussi, c'est d'avoir coupé le cordon totalement avec le club où j'ai construit chaque pierre ».

Vos réactions doivent respecter nos CGU.