Arsenal : Une première depuis 1959

Arsenal : Une première depuis 1959©Media365
A lire aussi

Thomas Siniecki : publié le lundi 14 décembre 2020 à 19h46

Granit Xhaka n'est peut-être pas le seul responsable de la grosse crise d'Arsenal, mais il ne contribue certainement pas à aider ses Gunners en perdition, comme l'a relevé Mikel Arteta après l'énième défaite face à Burnley (0-1).



Arsenal, quinzième de Premier League, reste sur quatre défaites et un nul après son nouveau revers contre Burnley dimanche soir (0-1). Seule la lanterne rouge Sheffield, un point en onze journées, fait pire sur cette période. Pour Mikel Arteta, le coupable s'appelle Granit Xhaka : "Il a clairement fait une erreur qui va nous coûter cher. On dominait, on était performants, on devait gagner. A dix, ça rend évidemment les choses beaucoup plus difficiles. Vous donnez une chance à l'adversaire, et on finit par perdre sur un coup franc... Alors que notre équipe était impliquée et prête à se battre pour en faire plus, pour rester en vie, c'est inacceptable. Il a dépassé les limites. On ne peut pas commettre de telles erreurs, ce n'est pas l'approche qu'on demande aux joueurs."

Arteta évoquait déjà un geste "inacceptable" pour Pépé

Vous l'aurez sans doute compris, le milieu de terrain suisse des Gunners a été expulsé à l'heure de jeu pour avoir molesté un adversaire. Et à l'approche du dernier quart d'heure, Pierre-Emerick Aubameyang a marqué contre son camp... Le discours de l'entraîneur espagnol ressemble étrangement à celui concernant Nicolas Pépé, également exclu il y a trois semaines à Leeds (0-0). "C'est inacceptable, clamait ainsi l'ancien joueur du PSG en conférence de presse. Je vous dis ce que je pense, le reste je ne peux pas le partager avec vous, voilà comment je le vois. On connaît leur niveau d'intensité et d'agressivité sur chaque action, à quel point ils sont toujours là. On doit être capables de faire avec ça, car ça fait partie du plan contre cette équipe."


Depuis l'arrivée d'Arteta il y a un an, Arsenal a reçu six cartons rouges, soit plus du double (au moins) que n'importe quelle autre équipe de Premier League. Les Gunners n'avaient plus perdu quatre matchs de suite à domicile depuis 1959, et ils n'avaient pas non plus marqué aussi peu de buts après douze journées (dix) depuis 1981 (huit). Alexandre Lacazette reste sur sept matchs de championnat sans but... Bref, les temps sont au bord de la catastrophe pour l'ancien club d'Arsène Wenger, qui affrontera le Benfica en seizièmes de finale de Ligue Europa.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.