Allemagne : Après sa retraite internationale, Mesut Özil a été descendu par Uli Hoeness mais salué en Turquie

Allemagne : Après sa retraite internationale, Mesut Özil a été descendu par Uli Hoeness mais salué en Turquie©Media365

Marie Mahé, publié le lundi 23 juillet 2018 à 12h45

Au lendemain de l'annonce de sa retraite internationale, Mesut Özil (29 ans) s'est fait démonter par Uli Hoeness tandis que la Turquie lui a apporté son soutien.

Cette décision n'en finit plus de faire parler. Ce dimanche soir, le milieu offensif (ou ailier) allemand d'Arsenal Mesut Özil a pris la décision de délaisser la sélection nationale à seulement 29 ans, après notamment la polémique qu'avait entraîné sa photo prise avec le président turc Recep Tayyip Erdogan, alors en pleine campagne électorale pour sa réélection en mai dernier. Pour justifier également son choix et après l'élimination de la Mannschaft au premier tour de la Coupe du Monde 2018 en Russie, l'Allemand a parlé d'« un sentiment de racisme et de manque de respect ». Une décision qui fait grandement parler outre-Rhin et même jusqu'en Turquie. Ce lundi, c'est Uli Hoeness qui s'est montré le plus virulent.

Hoeness : « Il était déjà un pur suiveur à la Coupe du Monde 2014 »


Le président du Bayern Munich pense tout simplement que le natif de Gelsenkirchen a « joué comme une m**** pendant des années ». « Pour moi, Özil a eu un alibi pendant des années, il n'a pas du tout aidé l'équipe d'Allemagne, a poursuivi le dirigeant de 66 ans, au micro de Sport1. C'est logique qu'il tire les ficelles maintenant. Il le fait de manière superficielle à cause du mauvais traitement de la Fédération, mais il devrait se demander quand il a remporté son dernier duel. C'était il y a des années. Pour le nouveau départ, c'est mieux que finalement il s'arrête maintenant. Il était déjà un pur suiveur à la Coupe du Monde 2014, les autres l'ont tiré vers la finale. Le nouveau football c'est de gagner des duels et de passer l'adversaire. Quand Özil a-t-il passé un adversaire pour la dernière fois ? Personne ne l'a questionné athlétiquement, maintenant il peut se cacher derrière l'histoire d'Erdogan. Il a joué comme une m**** pendant des années et maintenant c'est de la faute de Grindel ou Bierhoff. »

Des ministres turcs ont apporté leur soutien à Özil


Si Mesut Özil ne s'est donc pas fait que des amis en Allemagne, en revanche, sa décision de quitter la sélection a été saluée en Turquie. Plusieurs hommes politiques ont applaudi le choix du champion du monde 2014 d'origine turque. Dans la nuit de dimanche à lundi, le ministre de la Justice, Abdülhamit Gül, a tweeté : « Je félicite Mesut Özil qui, en quittant l'équipe nationale d'Allemagne, a marqué le plus beau but contre le virus du fascisme. » Toujours sur Twitter, son homologue des Sports, Mehmet Kasapoglu, soutient « pleinement la position honorable de notre frère Mesut Özil » et a également partagé la fameuse photo du footballeur en compagnie du président turc et où apparaît aussi Ilkay Gündogan.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.