Saison 2023 : Ambition confirmée pour l'Arabie Saoudite

Saison 2023 : Ambition confirmée pour l'Arabie Saoudite©Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, publié le samedi 18 janvier 2020 à 18h56

A la suite de l'arrivée du Dakar 2020, la ville saoudienne de Qiddiyah a présenté son projet de circuit dont l'ambition est d'accueillir la F1 dès 2023.

Alors que la Formule 1 fait déjà étape à deux reprises au Moyen-Orient, au Bahreïn en début de saison puis à Abu Dhabi pour la finale du championnat, une troisième étape pourrait s'ajouter au calendrier à l'horizon 2023. C'est en tout cas l'ambition de la ville saoudienne de Qiddiyah, qui a accueilli ce vendredi le grand final de l'édition 2020 du Dakar, remporté par Carlos Sainz chez les autos et Ricky Brabec chez les motos. En marge de l'événement, les autorités locales ont, en effet, présenté leur projet de tout nouveau circuit installé dans la ville distante de 40 kilomètres de la capitale de l'Arabie Saoudite, Riyad. Une présentation faite en présence des anciens pilotes Damon Hill et David Coulthard mais également Romain Grosjean et Nico Hulkenberg. Mais l'ambition du projet serait plus large que la seule Formule 1 dans trois ans. « Nous le construisons pour pouvoir accueillir des épreuves de MotoGP, de WEC, des championnats régionaux et nationaux, et pour ouvrir la voie jusqu'à la F1, a ainsi confié Mike Reininger, PDG de la société Qiddiya Investment Company, promoteur de la construction du nouveau complexe. Nous construisons les infrastructures pour pouvoir accueillir les plus grands et les meilleurs événements de sports mécaniques dans toutes les catégories. Le Grade 1 est, vous le savez, synonyme de F1, donc nous espérons que cela se fera pour nous. »


Un ancien pilote au cœur du projet Qiddiyah

Alors que la Formule 1 est habituée à recourir aux services du designer allemand Hermann Tilke pour créer ses nouvelles pistes aux quatre coins du monde, la source d'inspiration est toute autre pour ce projet saoudien. C'est, en effet, l'actuel président de l'association des pilotes de Grand Prix (GPDA) Alexander Wurz qui a dessiné lui-même ce circuit dont l'ambition est d'être spectaculaire, partiellement urbain dans un quartier de divertissement lui-aussi en construction. « Une zone est à l'intérieur d'un stadium d'où vous pourrez voir jusqu'à six kilomètres de piste, assure Mike Reininger. Ensuite il y a une autre portion du circuit, que j'appelle la portion urbaine. Le circuit quittera le stadium et s'intégrera au reste de ce complexe de divertissement que nous construisons. » Des caractéristiques qu'Alexander Wurz a confirmé avec enthousiasme. « Le projet visionnaire de Qiddiya nous offre une opportunité incroyable de concevoir un circuit, une véritable arène de course pour les pilotes ainsi que pour les spectateurs et les téléspectateurs, assure l'Autrichien. Le tracé propose des dénivelés extraordinaires en utilisant le magnifique environnement naturel. Le design est également fait pour compliquer la tâche des pilotes et des ingénieurs. » Reste que l'arrivée de l'Arabie Saoudite, un pays loin d'être connu pour son respect des droits de l'homme et qui est accusé d'utiliser le sport pour redorer son image à l'international, risque d'être mal perçue.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.