Saison 2020 : Pirelli ne dit pas non à de la concurrence, mais à certaines conditions

Saison 2020 : Pirelli ne dit pas non à de la concurrence, mais à certaines conditions©Media365

Mathieu WARNIER, publié le mardi 14 août 2018 à 10h50

Alors que la FIA est à la recherche d'un manufacturier pour 2020, Pirelli s'est dit ouvert à l'arrivée d'un concurrent mais assure que les coûts liés à cette décision seraient problématiques.

Depuis 2011 et le retrait de Michelin, la Formule 1 n'a plus connu ce qui a été appelé une « guerre des pneus », c'est-à-dire la présence simultanée de plusieurs manufacturiers mis en concurrence. Bridgestone puis Pirelli ont ainsi pris en charge la fourniture exclusive de pneumatiques à l'ensemble des monoplaces du plateau mais la donne pourrait changer en 2020. La Fédération Internationale de l'Automobile a, en effet, lancé l'appel d'offres pour la période 2020-2023 avec comme principale clause le passage aux jantes de 18 pouces en 2021. Mais il se pourrait que la FIA décide d'un retour d'une « guerre des pneus » et, si cela devait arriver, Pirelli s'est déjà déclarée prête à affronter la concurrence. « S'ils décident de revenir à une telle situation, nous serons alors prêts à faire face à ce nouveau défi », a déclaré Mario Isola, patron de la branche sports mécaniques de Pirelli, dans des propos recueillis par ESPN.

L'augmentation des coûts, la crainte de Pirelli


« C'est un nouveau défi car, si vous êtes le manufacturier unique, vous avez des objectifs à atteindre, ajoute ce dernier. Vous devez fournir les mêmes pneus à tout le monde donc vous pouvez avoir un pneu à haute dégradation, avec des objectifs différents. Si nous sommes en concurrence avec un autre manufacturier, l'objectif sera uniquement la performance. » Reste que le dirigeant de la firme italienne assure qu'un retour de la concurrence aura pour principale conséquence une augmentation des coûts pour les écuries. « La direction que prend la F1 reste celle d'avoir un seul manufacturier. Il est évident que cela peut changer rapidement mais avoir un seul fournisseur fait économiser de l'argent à tout le monde. Si une concurrence devait être de nouveau en place, il faudrait prendre en compte le fait que, par le passé, il était nécessaire d'avoir des journées d'essais supplémentaires ou bien des équipes dédiées aux essais pneumatiques, ce qui signifie des coûts supplémentaires. S'ils veulent réduire les coûts, ce n'est probablement pas la bonne direction à prendre. »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.