Saison 2020 : Les courses qualificatives rejetées grâce à Mercedes

Saison 2020 : Les courses qualificatives rejetées grâce à Mercedes©Panoramic, Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, publié le lundi 28 octobre 2019 à 23h30

Alors que la FIA et la FOM voulaient tester un concept de courses qualificatives, Toto Wolff a confirmé en marge du Grand Prix du Mexique avoir voté contre une expérimentation en 2020.

Mercedes et Toto Wolff sont ceux qui ont dit non ! Avant le « big bang » que la Formule 1 prépare pour 2021, avec un règlement technique revu de fond en combles et une redistribution des bénéfices corrigée et moins défavorables aux équipes les moins performantes, il a été proposé par Ross Brawn, directeur sportif de la discipline, de tester de potentielles réformes lors de plusieurs Grands Prix durant la saison 2020. L'idée était, lors des Grands Prix de France, de Belgique et de Russie, de remplacer la séance de qualifications par une course d'une durée de 45 minutes et dont le départ serait donné dans le strict inverse du classement pilotes. Si cela devait être expérimenté cette saison, cela reviendrait à mettre les Williams en première ligne et les Mercedes sur la dernière. Avant le Grand Prix du Mexique, la FIA a organisé une réunion pour continuer les discussions sur l'avenir de la F1 et, faute d'unanimité, cette idée a été rejetée.

Wolff : « Préserver l'ADN de la F1 »

Au moins deux écuries ont exprimé plus que des réserves concernant cette expérimentation, ce qui a contraint la FIA et la FOM à renoncer à jouer aux apprentis-sorciers avec les qualifications. Il faut dire que le fiasco des éliminations progressives mises en place lors des deux premiers Grands Prix en 2016 avant d'être retiré reste dans toutes les têtes. Parmi ces deux écuries, il y a... Mercedes. En marge du Grand Prix du Mexique, le patron de l'écurie allemande Toto Wolff a justifié sa position, mettant en avant un héritage à protéger. « Je l'ai fait car, en Formule 1, nous avons la responsabilité d'en préserver l'ADN, a déclaré l'Autrichien dans des propos recueillis par le magazine britannique Autosport. Ce changement nous semblait être une mauvaise idée, mais pas avec l'idée de préserver un avantage car, à la vue du rythme démontré en qualifications, Ferrari aurait été derrière nous. J'ai voté contre car, si on compare avec la finale du 100m en athlétisme aux Jeux Olympiques, on n'impose pas à Usain Bolt de commencer cinq mètres derrière les autres pour avoir une fin de course intéressante. » Les têtes pensantes de la F1 vont donc devoir retourner à la planche à dessins et imaginer de nouvelles idées pour réformer la discipline à l'avenir.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.