Saison 2019 : Des changements techniques pour plus de spectacle

Saison 2019 : Des changements techniques pour plus de spectacle©Panoramic, Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, publié le mardi 01 mai 2018 à 15h55

Face à des monoplaces qui rendent les dépassements plus difficiles, la FIA a obtenu la majorité des voix de la Commission F1 et du Groupe Stratégique pour faire passer des changements réglementaires ayant pour but de corriger ce problème.

Peut-on appeler ça de la surréaction ? A la suite d’un Grand Prix d’Australie pauvre en dépassements mais également d’une saison 2017 où la nouvelle réglementation technique a produit des monoplaces qui ont pour particularité de rendre plus difficiles de telles manœuvres, la Fédération Internationale de l’Automobile a dévoilé ce mardi des mesures pour la saison 2019 dont l’objectif est de corriger un souci de fond avec les monoplaces actuelles. Avec une aérodynamique plus efficace que lors de la période 2009-2016, il est difficile pour deux monoplaces de se suivre de près sans perdre en efficacité et, donc, en performance. Pour tenter de corriger cela, les différentes parties engagées en F1 ont décidé à la majorité de mettre en place trois modifications importantes.

Les ailerons revus et corrigés pour 2019

Eléments centraux de l’aérodynamique des monoplaces, les ailerons avant et arrière seront largement retouchés en vue de la saison prochaine. Des modifications en la matière étaient initialement prévues pour la nouvelle génération de monoplaces prévue pour 2021 mais la FIA a décidé d’accélérer le processus et les recherches avec la coopération des écuries. En ce qui concerne l’aileron avant, il sera simplifié notamment à ses extrémités pour éviter de trop perturber le flux d’air à l’arrière de la voiture. L’aileron arrière, pour sa part, sera modifié pour que le DRS gagne en efficacité. Pour cela, le plan principal sera élargi et rendu plus profond. A ces deux mesures s’ajoutent une simplification des écopes de frein à l’avant avec l’interdiction des éléments aérodynamiques à cet endroit précis des monoplaces. Ces évolutions ne sont qu’une étape car, dans un communiqué, la FIA a déjà annoncé que les recherches allaient se poursuivre en plus de celles, différentes, déjà en place pour 2021.

La majorité des écuries s’est opposée en vain à la FIA

Si la FIA a déjà entériné ces modifications via un vote électronique du Conseil Mondial du Sport Automobile, ces mesures sont très loin de faire l’unanimité au sein des écuries et l’annonce de la Fédération est même apparue comme une surprise pour de nombreux observateurs. A vrai dire, jusqu’à ce week-end en Azerbaïdjan, seule l’écurie Williams s’était ouvertement déclarée en faveur des évolutions proposées par la FIA au Groupe Stratégique et à la Commission F1. Si la décision a été prise ce lundi, c’est en raison du règlement qui impose l’unanimité sur les modifications réglementaires pour la saison suivante à partir du 1er mai. Avant cette date, seule la majorité des parties impliquées dans la F1 (la FIA, la FOM, les promoteurs, les partenaires et les écuries) et il n’a donc fallu l’accord que de quatre écuries (Williams, Mercedes, Sauber et Force India) pour que l’aval soit donné. Reste que l’impact réel de ces modifications sur le nombre de dépassements n’est pas une certitude absolue, certaines voix s’élevant pour assurer que rien ne changera.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.