Red Bull Racing : La décision pour le moteur 2019 ne sera pas simple

Red Bull Racing : La décision pour le moteur 2019 ne sera pas simple©Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, publié le samedi 28 avril 2018 à 09h56

Alors que le contrat avec Renault prendra fin à l'issue de la saison, l'écurie Red Bull Racing devra prendre une décision concernant 2019 et au-delà.

Alors que les rumeurs se multiplient autour de Daniel Ricciardo, même si ce dernier a tenté de tout démentir face à la presse ce jeudi avant le Grand Prix d’Azerbaïdjan, l’écurie Red Bull Racing va avoir un autre front à gérer dans les semaines et mois à venir. En fin de contrat avec Renault, qui lui fournit ses moteurs rebadgés du nom de l’horloger suisse TAG Heuer, l’écurie basée à Milton Keynes va avoir un choix lourd de conséquences à faire pour 2019 et au-delà avant la nouvelle réglementation moteur qui sera mise en place en 2021. Alors qu’il semble acquis que Mercedes et Ferrari ne viendront pas au soutien de leur principal rival, l’écurie autrichienne ne va avoir que deux alternatives : rester avec Renault ou passer chez Honda. « Nous pensons qu’Honda a fait du bon travail jusque-là cette année, a déclaré à Sky Sports F1 Christian Horner au sujet du partenaire moteur de l’écurie-sœur de Red Bull Racing, la Scuderia Toro Rosso. Nous étudions avec beaucoup d’intérêt leur progression et comment les améliorations qu’ils vont intégrer vont fonctionner lorsque les deuxièmes moteurs seront lancés en course. »

Horner : « Nous avons un choix à faire »

Alors que la réglementation 2021 devrait ouvrir la porte à un nouveau motoriste comme Aston Martin, principal sponsor de l’écurie depuis le début de la saison, Red Bull Racing et son patron Christian Horner n’écartent toutefois pas la solution de continuer aux côtés de Renault pour une ou deux saisons de plus. « Il est clair que Renault travaille dur, assure le Britannique. Nos relations avec eux sont comme des montagnes russes avec des moments où l’amour est fort et d’autres où il est plus terne. A l’heure actuelle, ils font du bon boulot, ils travaillent dur et essayent d’apporter des améliorations sur leur prochain lot de moteurs. » Reste que rien n’est encore décidé, le projet de monoplace 2019 n’étant pas encore lancé en interne, mais une simple petite phrase de Christian Horner pour conclure cet entretien résume bien le dilemme qu’attend Red Bull Racing : « Pour la première fois en presque dix ans, nous avons un choix à faire ». La réponse devrait intervenir avant l’été pour que les ingénieurs basés à Milton Keynes travaillent le plus tôt possible sur l’intégration du moteur choisi dans le châssis 2019.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.