Racing Point : Le nouveau propriétaire fait le point sur ses ambitions

Racing Point : Le nouveau propriétaire fait le point sur ses ambitions©Panoramic, Media365

Mathieu WARNIER, publié le vendredi 04 janvier 2019 à 16h10

Propriétaire de l'écurie Force India depuis un peu moins de six mois via le consortium Racing Point, Lawrence Stroll a fait un point sur sa vision de l'écurie, de sa place en son sein de et ses ambitions dans un entretien accordé au site officiel de la F1.

Lawrence Stroll est un homme ambitieux. Homme d'affaires qui a bâti sa fortune dans l'habillement, le Canadien s'est lancé dans le business de la Formule 1 en août dernier. Venu pour sauver une écurie Force India exsangue financièrement face aux soucis de son propriétaire Vijay Mallya, le consortium Racing Point, mené par Lawrence Stroll, a racheté les actifs de l'écurie indienne basée à Silverstone. Un projet qui, alors que son fils a lancé sa carrière dans la discipline en 2017 chez Williams grâce notamment à son soutien financier, ne faisait clairement pas partie de ses plans. « Je n'avais jamais prévu d'acquérir une écurie de F1, assure Lawrence Stroll dans un entretien accordé au site officiel de la F1. Mon consortium d'investisseurs et moi, nous nous sommes intéressés à Force India car c'est une équipe phénoménale. Finir quatrième du championnat en 2016 et 2017 dans un environnement incroyablement compétitif en dit beaucoup sur les personnes qui forment cette écurie, je pense même qu'ils auraient également terminé quatrièmes la saison passée s'il n'y avait pas eu un changement de propriétaire. »


Le rachat, « une opportunité » pour Lawrence Stroll

Pour justifier son investissement, estimé à 100 millions d'euros, l'homme d'affaires canadien met en avant la capacité à obtenir des résultats probants avec un budget limité que Force India a démontré ces dernières années et dans un contexte de future limitation des budgets. Liberty Media, détenteur des droits commerciaux de la F1, entend poser des limites aux dépenses des écuries afin de niveler les valeurs et augmenter la compétitivité de l'ensemble du paddock. « Ces gens ont dépensé moins pour obtenir de meilleurs résultats, assure Lawrence Stroll. En ce qui me concerne, j'ai vu ça comme une opportunité à laquelle s'est ajouté le temps que j'ai passé à discuter avec le détenteur des droits commerciaux pour comprendre quelle est leur vision pour 2021 et au-delà, qui comporte un semblant de limitation des budgets et une meilleure redistribution des revenus envers les plus petites écuries. »


Stroll : « Devenir une des plus grandes écuries »

Cette évolution des règles en faveur du milieu et du fond de la grille, Lawrence Stroll y met beaucoup d'espoirs quant à l'avenir de ce qui est désormais « son » écurie. Alors que « Racing Point », ou toute autre identité que prendra l'écurie à compter de sa présentation début février à Toronto, devra composer avec une paire de pilotes formée par Lance Stroll et Sergio Pérez l'an prochain, l'ambition sera d'abord mesurée avant de monter dans les tours. « A court terme, notre souhait est de continuer à nous battre à la place que nous occupons, confie Lawrence Stroll au fil de cet entretien. A moyen terme, l'ambition est d'essayer de se battre pour la troisième place du classement constructeurs et non plus pour la quatrième. A plus long terme, quand toutes les nouvelles règles seront mises en place, nous espérons devenir une des plus grandes écuries du paddock. »


Stroll : « Je serai très impliqué dans la vie de l'écurie »

Pour atteindre cet objectif, Lawrence Stroll entend bien avoir de l'influence sur la vie de l'écurie mais l'idée directrice est de faire confiance aux équipes autour d'Otmar Szafnauer, nommé directeur de l'écurie suite au départ de Bob Fernley, homme de main de Vijay Mallya et désormais patron du projet IndyCar de McLaren. « Je serai très impliqué dans la vie de l'écurie. Le plan que j'ai en tête est, tout d'abord, de dire que 'rien n'est cassé donc il n'y a pas besoin de réparer'. Au sein de l'écurie, il y a déjà une sphère dirigeante de qualité qui est en place depuis longtemps et fait du bon travail. L'idée est de leur apporter du soutien. La deuxième partie du plan, c'est mettre en place une certaine stabilité financière. » Et cette stabilité, c'est tout ce qu'il a manqué à Force India ces dernières années et, si Lawrence Stroll parvient à offrir cette sécurité à « Racing Point », le pari d'en faire une écurie de pointe pourrait être gagné d'avance.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.