Mercedes sacrée, Hamilton encore plus près du sacre

Mercedes sacrée, Hamilton encore plus près du sacre©Media365

Mathieu WARNIER, publié le dimanche 22 octobre 2017 à 23h10

Sous pression après le départ canon de Sebastian Vettel, Lewis Hamilton s'est montré gestionnaire pour s'imposer à Austin et conforter sa première place.

Sebastian Vettel avait assuré qu'il n'abandonnerait pas dans la course au titre face à Lewis Hamilton... et l'Allemand a tenu parole. Le pilote Ferrari, deuxième sur la grille de départ, a tout donné à l'extinction des feux pour passer le Britannique et faire la course en tête. Mais la fête a été de courte durée du côté des Rouges puisque, contrairement à ce qu'il s'est passé depuis le début de la saison, c'est bien la Ferrari qui a souffert d'une dégradation plus importante de ses gommes que la Mercedes. Le résultat est que l'Allemand n'a pas pu faire durer son premier relais autant qu'espéré. Sa chance a été au moment où Lewis Hamilton a fait son premier arrêt quand l'Allemand a été dans les échappements de la Mercedes sans qu'il puisse tenter réellement sa chance.
Vettel bien aidé par Räikkönen mais loin derrière Hamilton
Le deuxième relais de l'Allemand ne s'est pas passé comme il l'attendait avec des gommes tendres, les plus dures disponibles pour cette course, qui n'ont pas tenu la distance et ont contraint l'Allemand à faire un deuxième passage par les stands à 17 tours de la fin de la course avec des pneus super-tendres qui lui ont permis de mettre une grande pression sur Valtteri Bottas, qui a craqué d'abord face à un Kimi Räikkönen sur la même stratégie puis face à l'Allemand à six tours de la fin au prix d'une manœuvre d'anthologie au premier virage avec un dépassement par l'extérieur auquel le Finlandais ne s'attendait absolument pas. Dans la foulée, le stand Ferrari a donné l'ordre à Kimi Räikkönen de rendre la deuxième place à son coéquipier pour limiter la casse au classement du championnat du monde. Devant, n'ayant eu besoin que d'un seul passage par les stands, Lewis Hamilton s'est imposé sans coup férir et reprend sept points de plus à Sebastian Vettel, qui voit ses espoirs de titre mondial fondre toujours plus course après course. Le Mexique le week-end prochain risque de sceller le sort du championnat du monde pilotes.
Verstappen a été au-delà de la limite
Le dernier tour de course a été, lui, marqué par le dépassement de Max Verstappen sur Kimi Räikkönen dans le dernier secteur au prix d'une manœuvre qui a fait polémique. Car le Néerlandais, pour s'imposer face au Finlandais, avait les quatre roues à l'intérieur du virage, au-delà de la ligne blanche délimitant le circuit. L'image montre que le pilote Red Bull a, tout simplement, court-circuité le virage pour prendre la troisième place de la course aux dépens du pilote Ferrari. Et la décision des commissaires est venue juste avant le podium avec une pénalité de cinq secondes contre Max Verstappen qui le prive du podium au bénéfice de Kimi Räikkönen. L'écurie Red Bull repartira sans doute d'Austin avec un sentiment d'inachevé car Daniel Ricciardo semblait avoir les armes pour s'imposer dans ce Grand Prix ou, tout du moins, faire un podium avant d'être trahi par son moteur Renault après 16 tours. Solide de bout en bout, Esteban Ocon prend une très belle sixième place juste devant Carlos Sainz, qui n'a pas déçu pour sa première avec Renault, qui n'a pu compter que sur l'Espagnol après l'abandon précoce de Nico Hulkenberg. En ce qui concerne Romain Grosjean, il a un temps flirté avec les points mais termine à une 14eme place anonyme derrière Brendon Hartley, qui a fait une course sans relief mais sérieuse pour sa toute première expérience en F1.

 
7 commentaires - Mercedes sacrée, Hamilton encore plus près du sacre
  • bientôt mercedes champion en moteur bi ou tricylindre
    les tondeuses championnes; je me marre avec un guignol au volant
    hi han faisait le moteur!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  • En 2017, le temps du pilotage semble revenu car les Mercedes, les Ferrari et Red Bull sont très proches l'une des autres. Ce constat permet de voir que Vettel a connu ses heures de gloire quand il avait une voiture qui dominait outrageusement la concurrence et ce n'est plus le cas aujourd'hui!

  • Malheureusement on doit reconnaître que le championnat n'a plus aucun intérêt depuis les déboires répétés de Vettel qui malgré son talent ne peut palier aux défauts de la voiture italienne. C'est assez frustant qu'un tel champion ne puisse voir le fruit de son travail récompensé.

  • Et comme toujours, Grosjean dans le vent. Il est juste là pour faire le nombre sur la piste. S'il était le grand pilote qu'on disait, il serait dans une écurie prestigieuse.

  • plus la peine de regarder les courses ont sait d'avance qui va gagner

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]