McLaren : Dès le début de la saison, Alonso s'est senti "humilié"

McLaren : Dès le début de la saison, Alonso s'est senti "humilié"©Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, publié le mercredi 27 décembre 2017 à 11h50

Face aux problèmes de fiabilité et de performance du moteur Honda dès le début de la saison Fernando Alonso s'est senti frustré et humilié selon son patron Eric Boullier.

Après une saison 2016 intéressante, avec une performance et une fiabilité de retour, Honda a effectué des changements drastiques sur son moteur en vue de la saison 2017. Et, suite aux dramatiques essais de présaison en février et mars dernier, Fernando Alonso a très mal pris le retour en arrière du motoriste japonais. « En tant que compétiteur, il a passé l'hiver à se préparer mentalement, à dessiner dans sa tête la manière dont devrait se passer la saison. C'est quelque chose qui le motive énormément car il essaye d'atteindre ses propres objectifs, assure Eric Boullier dans un entretien accordé à Motorsport.com. Mais, une fois arrivé à Barcelone, il a ressenti un mélange de tristesse, humiliation et frustration face au pas en arrière effectué en termes de performance du moteur. Ce n'est pas quelque chose de positif. » Alonso, un enragé frustré Durant toute la saison, Fernando Alonso a comme rongé son frein face à une MCL32 affaiblie par un moteur qui manquait autant de performance que de fiabilité. Une frustration qui a explosé à Singapour quand, après son rapide abandon lors du seul Grand Prix où il pouvait avoir de l'ambition. « Il a cette rage à l'intérieur de lui car il sait qu'il peut faire bien mieux que ça, il sait qu'il peut être le meilleur et il a besoin de le montrer, ajoute le dirigeant français. C'est ce qui me fait penser qu'en cas de victoire, il donnera aussi un coup de poing dans un mur. » Une situation frustrante qui devrait s'améliorer en 2018 avec l'arrivée du moteur Renault dans la McLaren, ce qui devrait relancer Fernando Alonso dans sa course aux honneurs. « Je le compare toujours à un requin qui, quand il renifle l'odeur du sang, va tout droit vers sa cible, déclare l'ancien patron de l'écurie Lotus. C'est pour cela qu'il sent que s'il sent peut renouer avec le podium ou devenir suffisamment performant pour le viser, il ne laissera personne se mettre sur son chemin. C'est quelque chose qui mettra de la pression sur l'équipe, mais c'est une pression positive. » Une pression qui ne fera que monter jusqu'aux premiers essais d'intersaison.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.