Malaisie : Quatre jours après la victoire de Verstappen, Vettel accuse

Malaisie : Quatre jours après la victoire de Verstappen, Vettel accuse©Media365

Marie Mahé, publié le jeudi 05 octobre 2017 à 18h08

Le Grand Prix de Malaisie continue de faire couler de l'encre. Cette fois, Sebastian Vettel (Ferrari) accuse Valtteri Bottas (Mercedes) d'avoir roulé pour son leader, le Britannique Lewis Hamilton, à Sepang.

L'Allemand va même plus loin en assurant que l'écurie de son concurrent finlandais a fait en sorte de le freiner lors de sa tentative de remontée au Grand Prix de Malaisie. Le natif de Heppenheim s'en est plaint au journal allemand Krone : "Je pense que tout le monde a pu s'apercevoir de la tactique employée par Mercedes. Ils ont clairement utilisé Bottas pour me barrer la route." Parti dernier lors de la course après un problème de turbo, le pilote Ferrari avait été l'auteur d'une incroyable remontée pour finalement terminer à la quatrième position, deux rangs derrière Lewis Hamilton, leader du championnat. A cinq courses de la fin du championnat du monde de Formule 1 version 2017, Sebastian Vettel accuse un retard de 34 points sur le Britannique.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
5 commentaires - Malaisie : Quatre jours après la victoire de Verstappen, Vettel accuse
  • hamilton un guignol de foire

  • Quand il a été favorisé par son équipe tres récemment vis a vis de raikonnen, il n'est pas venu pleurer sur le coup , si ?????

  • Du temps de Shumy tous les seconds pilotes de la Scuderia ont fait de même, ce n'est ni Jean Todt ni Montemezolo qui diront le contraire. Massa en a été assez furieux et Irvine n'avait été prolongé qu'en promettant de faire allégeance à l'allemand. Aux essaies de Monaco SChummacher n'avait pas hésité à se cracher dans un virage pour garder sa pôle.

  • La pleureuse commence a nous casser les pieds. Jamais content et toujours la faute aux autres.

  • Mauvais joueur...!.... il n'a qu'à rester chez lui, pauvre nul.