GP du Japon : Suzuka, une course qui s'annonce émotionnellement difficile pour Charles Leclerc

GP du Japon : Suzuka, une course qui s'annonce émotionnellement difficile pour Charles Leclerc©Media365

Mathieu WARNIER, publié le jeudi 04 octobre 2018 à 18h40

Pour la première fois en piste à Suzuka, le circuit où Jules Bianchi a eu l'accident qui lui a été fatal, Charles Leclerc n'a pas caché que ce sera difficile sur le plan émotionnel.

Pour la première fois de sa carrière, Charles Leclerc va rouler sur le mythique circuit de Suzuka. Mais pour le pilote monégasque, le tracé japonais lui rappelle des souvenirs douloureux. C'est, en effet, sur ce tracé que Jules Bianchi, qui a été le mentor de Charles Leclerc à ses débuts en sport automobile, a eu le 5 octobre 2014, un accident qui allait finalement lui être fatal le 17 juillet 2015. En marge de la reconnaissance du circuit, le pilote Sauber n'a pas pu cacher que ce week-end de course ne sera pas comme les autres. « C'est évidemment un week-end très difficile. Jules m'a énormément aidé pour arriver jusqu'ici, bien plus que sur le pur aspect pilotage. C'était un membre important de la famille, a confié à la presse le Monégasque. Je ne suis jamais venu au Japon auparavant, la reconnaissance de la piste ce matin était assez émouvante. Mais d'un autre côté, je dois vraiment me concentrer sur ce week-end pour essayer de faire le meilleur travail possible. Même si c'est un week-end difficile. »

Leclerc veut préparer un casque spécial pour 2019


A l'image de Pierre Gasly, qui a déposé des fleurs au virage Dunlop, où la Manor de Jules Bianchi a violemment heurté un engin de levage venu dégager la Sauber alors pilotée par Adrian Sutil, Charles Leclerc a pris le temps de se recueillir à cet endroit pendant la traditionnelle inspection du circuit effectuée le jeudi avant les Grands Prix. Un recueillement qui lui a donné l'idée de rendre hommage à son mentor l'an prochain avec un casque à la décoration spécifique. « Je pense vraiment à faire quelque chose l'année prochaine pour Jules Bianchi, avec un casque, mais il y a cette règle qui dit que l'on ne peut utiliser qu'un seul casque spécial. Cette année, je l'ai fait pour mon père, rappelle le futur pilote Ferrari. L'année prochaine, j'ai une idée pour faire quelque chose, un casque divisé de chaque côté : un pour Jules, l'autre pour mon père. Pour cette année, je n'aurai rien de particulier si ce n'est le fait d'essayer de faire en sorte que le public se souvienne le plus possible de lui. » Que Charles Leclerc ne s'inquiète pas, la personne attachante qu'était Jules Bianchi reste dans les pensées des fans de Formule 1 partout dans le monde.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.