GP du Japon : En plein briefing des pilotes, Grosjean a dénoncé Hamilton

GP du Japon : En plein briefing des pilotes, Grosjean a dénoncé Hamilton©Media365
A lire aussi

Aurélien CANOT, publié le vendredi 13 octobre 2017 à 18h24

Le briefing des pilotes du Grand Prix du Japon, vendredi dernier à Suzuka, a pris des allures de classe d'école primaire, avec comme principaux protagonistes Lewis Hamilton, Romain Grosjean et Charlie Whiting. Devant tous les autres pilotes, le Français a en effet dénoncé Lewis Hamilton, qui a pour habitude de retirer ses ceintures de sécurité après l'arrivée de chaque course.

Comme l'aurait fait un premier de la classe au premier rang demandant à l'instituteur si son collègue assis au fond au chaud près du radiateur avait le droit de mâcher son chewing-gum en classe, dans le but évidemment de faire en sorte que ce dernier soit puni, Grosjean a interrogé Whiting pour savoir s'il était autorisé ou pas de retirer ses ceintures après le drapeau à damiers. Le directeur de course de la F1 a bien sûr répondu négativement, ce qui a permis au pilote Haas d'en remettre une couche, en balançant cette fois le nom du coupable. « Parce que Lewis le fait assez souvent. Je voulais juste savoir si c'était autorisé, car je pense que c'est bien pour les supporters qui sont dans les tribunes. Je tenais juste à le mentionner », a poursuivi Grosjean, s'attirant les foudres d'un Hamilton, pris la main dans le pot de confiture et bien contraint d'avouer qu'il était coutumier du fait, même agacé.

Le Britannique s'est immédiatement tourné vers le cafteur afin de lui soutirer des explications. Et le mari de Marion Jollès, comme gonflé par le fait de s'exprimer devant un auditoire et non en privé, ne s'est pas déballonné, surenchérissant même de nouveau. « Parce que l'on peut parfois avoir une amende quand on ne remet pas le volant, peu importe que la voiture ait encore ses quatre roues ou non ! Donc je voulais juste savoir et avoir cette clarification ». Mais alors que toute l'assemblée pensait qu'Hamilton allait recadrer Grosjean en public, par ricochet, c'est finalement Sebastian Vettel, heurté par Lance Stroll après l'arrivée à Sepang (Malaisie), qui a fait les frais de l'énervement de son rival. « Nous ne roulons vraiment pas vite quand nous sommes dans le tour d'honneur, mais peut-être que Sebastian devrait les garder. » « Les roues ou les ceintures ? Je suis un peu perdu », a rétorqué Vettel avec beaucoup d'humour. Il paraît même que Romain Grosjean a ri aux éclats.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU