GP de Singapour : Sebastian Vettel renoue avec la victoire devant Charles Leclerc

GP de Singapour : Sebastian Vettel renoue avec la victoire devant Charles Leclerc©Panoramic, Media365

Mathieu WARNIER, publié le dimanche 22 septembre 2019 à 16h17

Privé de victoire depuis plus d'un an, Sebastian Vettel a tiré parti d'une stratégie payante de Ferrari pour devancer Charles Leclerc et Max Verstappen.



Personne n'attendait Ferrari à Singapour, et encore moins Sebastian Vettel. Mais c'est pourtant l'Allemand qui a mis un terme à plus d'un an sans succès en Formule 1 dans les rues de la ville-Etat en profitant de la stratégie mise en place par la Scuderia, qui a piégé Mercedes... et Charles Leclerc dans la manœuvre ! Auteur d'une pole position phénoménale ce samedi, le Monégasque n'a pas manqué son départ quand Lewis Hamilton a immédiatement été mis sous pression par Sebastian Vettel avant de créer l'écart sur l'Allemand. La donne a changé au 18eme et au 19eme tour. En difficulté avec leurs pneus tendres, avec un rythme en début de course treize secondes plus lent que le tour de qualification, les deux pilotes Ferrari sont passés par les stands à un tour d'intervalle, tout comme Max Verstappen. C'est alors que le piège s'est refermé sur les deux pilotes Mercedes. L'écart de performances sur le premier tour en piste entre les gommes tendres usées des Flèches d'Argent et les gommes dures des Ferrari et de la Red Bull Racing s'est avéré tel qu'il était impossible de ressortir devant ce trio.

Leclerc piégé par Ferrari, Bottas l'a été par Mercedes


Mais le décalage d'un tour dans la stratégie a également fait du mal à Charles Leclerc car le Monégasque, à la sortie de la très lente et longue ligne des stands du circuit de Marina Bay, a vu son coéquipier lui passer devant. Une situation qui a fait fulminer le vainqueur des deux derniers Grands Prix, qui s'est senti lésé par les plans de son écurie. Mais ceci est sans commune mesure avec ce que Mercedes a mis en place pour favoriser Lewis Hamilton. Passé au stand au 22eme tour, Valtteri Bottas a démontré un rythme bien supérieur à ses rivaux, au point qu'il était certain de ressortir devant Lewis Hamilton quand le Britannique allait faire son changement de pneus. Les dirigeants de l'écurie Mercedes sont alors intervenus pour freiner le Finlandais et permettre au champion du monde en titre de rester devant à l'issue du 27eme tour, quand il a chaussé à son tour des gommes dures. Les positions étaient alors comme figées. A trois reprises, la voiture de sécurité est intervenue après des accrochages entre Romain Grosjean et George Russell, après l'abandon en bord de piste de Sergio Pérez puis à la suite d'un incident entre Daniil Kvyat et Kimi Räikkönen.

Vettel, 391 jours plus tard...


A chaque fois, Sebastian Vettel a parfaitement géré les relances, ne laissant absolument aucune chance à Charles Leclerc. Le Monégasque a eu beau demander à son stand d'avoir toutes les armes possibles pour attaquer son coéquipier, il a entendu Laurent Mékiès, numéro 2 de la Scuderia Ferrari, lui répondre qu'il fallait ramener la voiture à la maison, ménager son moteur. Autrement dit, Charles Leclerc n'a pas reçu l'autorisation d'attaquer, scellant la victoire de Sebastian Vettel, sa première depuis le Grand Prix de Belgique 2018, soit 398 jours, et sa cinquième à Singapour, devenant le nouveau recordman en la matière. Un Grand Prix de Singapour qui voit Ferrari signer son premier doublé depuis la Hongrie en 2017, soit une éternité pour une écurie telle celle de Maranello. Derrière les deux monoplaces italiennes, Max Verstappen a su résister à Lewis Hamilton pour monter sur le podium alors que Valtteri Bottas, qui avait pu espérer monter sur la boite, doit se contenter de la cinquième place. Un résultat qui change la donne au championnat du monde puisque Charles Leclerc passe devant Max Verstappen malgré une égalité entre les deux pilotes alors que Sebastian Vettel revient à six points de son coéquipier.

Gasly retrouve de la verve, Grosjean a tout donné


Derrière le Top 5, Alexander Albon a réalisé une course sérieuse pour prendre la sixième place devant Lando Norris et... Pierre Gasly ! Parti de la 11eme position, le Français a tenté une stratégie audacieuse, prenant le départ en gommes dures, remontant petit à petit dans la hiérarchie pour, au jeu des arrêts, pointer un temps à la deuxième place. Passé au stand après 31 tours, le Français a profité de gommes medium plus fraîches pour remonter jusqu'au huitième rang, devant Nico Hulkenberg et Antonio Giovinazzi, qui confirme son regain de forme après les points marqués en Italie et s'est même offert quelques tours en tête de la course grâce à sa stratégie décalée. Avec une Haas en manque de performance une nouvelle fois, Romain Grosjean s'est battu en piste et, parti de la 17eme position sur la grille, il échoue à la porte des points, à la 11eme place. De quoi conforter l'écurie Haas dans son choix de faire confiance une saison de plus au pilote français aux côtés de Kevin Magnussen, en perdition dans les derniers tours de course et dernier sur la ligne d'arrivée. Après la très glamour marina de Singapour, la F1 ne s'arrête pas et aura rendez-vous dès le week-end prochain dans le cadre du parc olympique de Sotchi pour le Grand Prix de Russie. Une occasion de plus pour Ferrari afin de confirmer son retour en forme dans cette fin de saison ?

Vos réactions doivent respecter nos CGU.