GP de Monaco : Leclerc ne regrette pas d'avoir pris des risques

GP de Monaco : Leclerc ne regrette pas d'avoir pris des risques©Media365

Mathieu WARNIER, publié le dimanche 26 mai 2019 à 23h31

Contraint à l'abandon après 20 tours de course dans le Grand Prix de Monaco ce dimanche, Charles Leclerc a confirmé que sa position de départ l'avait contraint à prendre des risques.

Charles Leclerc en a sans doute trop fait. Piégé par la stratégie manquée de Ferrari lors des qualifications du Grand Prix de Monaco, le Monégasque a été contraint de partir loin sur la grille de départ et s'est livré à une course d'attaque pendant 20 tours. Si son dépassement sur Romain Grosjean à la Rascasse a fonctionné, la même manœuvre sur Nico Hulkenberg a été un échec dont les conséquences sur sa monoplace ne lui ont pas permis de défendre ses chances au-delà du 20eme tour. Une prise de risque maximale qui, à entendre le pilote Ferrari, était nécessaire. « Je devais prendre des risques sur cette course. Vu d'où nous partions, une position que ne correspondait absolument pas à la performance de la voiture, il fallait que j'en prenne pour remonter. Avec Romain Grosjean, ce fut juste mais c'est passé. Avec Nico Hulkenberg, non, a confié Charles Leclerc dans des propos recueillis par le quotidien L'Equipe. Il ne m'a pas laissé assez de place et j'ai touché le rail. D'où la crevaison. Après, les dégâts étaient trop importants sur la voiture. Je ne dirais pas que je ne pouvais pas conduire, car j'ai bouclé quelques tours. Mais c'était vraiment difficile. On a bien essayé de modifier les réglages sur l'aileron avant pour tenter de retrouver un peu d'appui. Mais c'était trop dur. Ce n'est pas le week-end que j'imaginais mais je ne peux rien y changer. C'est dommage que cela arrive chez moi, sur une piste où cela ne double pas. Je vais vivre avec. »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.