GP de Hongrie : Prise de risque gagnante pour Lewis Hamilton

GP de Hongrie : Prise de risque gagnante pour Lewis Hamilton©Panoramic, Media365

Mathieu WARNIER, publié le dimanche 04 août 2019 à 16h50

En tête du Grand Prix pendant 67 tours, Max Verstappen a cédé face à la stratégie audacieuse de Lewis Hamilton et Mercedes. Sebastian Vettel est allé arracher le podium en fin de course face à Charles Leclerc mais à plus d'une minute.


Lewis Hamilton avait beaucoup à se faire pardonner, Mercedes a su lui donner les ingrédients pour y arriver. C'est, en effet, grâce à une stratégie audacieuse de la part de l'écurie allemande que le Britannique est allé chercher sa huitième victoire cette saison aux dépens d'un Max Verstappen piégé par l'absence de réaction de son écurie. Et pourtant, les Flèches d'Argent auraient pu tout perdre dès le premier tour. Alors que l'auteur de la pole position ce samedi, la première de sa carrière, a pris un départ parfait, Lewis Hamilton et Valtteri Bottas se sont accrochés au troisième virage, le Finlandais endommageant gravement son aileron avant et cédant très rapidement face aux deux Ferrari avant de s'arrêter au 6eme tour pour passer des gommes dures et espérer aller au bout. La hiérarchie, comme souvent sur le Hungaroring, n'a pas bougé d'un iota aux avant-postes alors que Valtteri Bottas a peiné dans le peloton et notamment derrière un accrocheur Daniel Ricciardo.

Hamilton a d'abord tout tenté pour doubler Verstappen


La stratégie est entrée en ligne de compte au 26eme tour quand, à l'agonie avec ses pneus medium, Max Verstappen s'est arrêté pour passer aux durs et tenter d'aller au bout de la course. Lewis Hamilton, qui était revenu à une seconde du Néerlandais, a attendu six tours de plus pour effectuer la même manœuvre mais, l'arrêt n'étant pas optimal, le Britannique est ressorti des stands avec six secondes de retard sur le pilote Red Bull Racing. Le mot a alors été lâché par Peter Bonnington, l'ingénieur de Lewis Hamilton : « Hammertime ». Le pilote Mercedes a haussé son rythme, reprenant jusqu'à deux secondes au tour pour revenir dans la boîte de vitesses du Néerlandais. Au 39eme tour, Lewis Hamilton a tout tenté pour doubler Max Verstappen mais est allé trop large au virage 4 pour espérer parvenir à ses fins. C'est alors que les stratèges de l'écurie allemande ont commencé à imaginer un plan B osé pour y arriver : faire un deuxième arrêt. Quatre tours après avoir humilié Valtteri Bottas en le mettant à un tour, le Britannique a plongé dans les stands pour chausser un train de pneus mediums et ressortir à une vingtaine de secondes de Max Verstappen mais avec des pneus plus frais et performants.

Red Bull Racing piégée, coup de génie payant pour Hamilton


Le rythme affiché par Lewis Hamilton sur son tour de sortie des stands a fait réaliser une terrible vérité à l'écurie Red Bull Racing : arrêter Max Verstappen maintenant aurait signifié la perte de la victoire à coup sûr. La mission du Néerlandais était alors simple : faire survivre ses pneus durs jusqu'au bout de la course avec un rythme suffisant pour ne pas permettre à la Mercedes de revenir. Pendant une dizaine de tours, tout semblait aller bien pour Max Verstappen mais, à l'orée des dix derniers tours, l'usure des gommes du Néerlandais alliée au rythme diabolique du quintuple champion du monde a rapidement laissé comprendre à tout le monde que la stratégie de Mercedes allait être payante. A quatre tours de l'arrivée, Lewis Hamilton a fait la jonction et n'a pas perdu de temps à prendre de manière implacable la tête de la course. Dans l'incapacité de répondre et avec des pneus à l'agonie, Max Verstappen s'est résigné à passer par les stands à la fin du tour pour chausser des gommes tendres et arracher le point du meilleur tour en course. Avec 17 secondes d'avance, Lewis Hamilton a pu passer tranquillement sous le drapeau à damier brandi par l'invité d'honneur de ce Grand Prix de Hongrie, le vainqueur des 500 Miles d'Indianapolis cette année, Simon Pagenaud.

Vettel arrache le podium mais Ferrari n'était pas dans le coup



Derrière le duo d'enfer qui a mené grand train en tête de la course et grâce à l'erreur de Valtteri Bottas en début de course, qui a peut-être perdu gros dans sa lutte avec Esteban Ocon pour le deuxième baquet Mercedes en 2020, Charles Leclerc a pu prendre la troisième place dès le premier tour et conserver la main sur son coéquipier Sebastian Vettel. Mais le Monégasque et l'Allemand n'ont pas été sur la même stratégie. Si Charles Leclerc est passé au stand au 28eme tour pour passer aux pneus durs, Sebastian Vettel a poussé jusqu'au 40eme tour pour tenter le coup de finir en pneus tendres sur une piste gommée et plus à même de faire durer les pneus. La stratégie de l'Allemand s'est révélée la plus payante car, à la peine avec ses pneus, Charles Leclerc n'a pas pu résister au retour de son coéquipier, qui l'a privé du podium à deux tours de l'arrivée. Derrière les Ferrari, Carlos Sainz Jr a su passer entre les gouttes pour prendre la cinquième place au cinquième tour et ne plus la lâcher. Il termine devant Pierre Gasly, sixième mais à plus d'un tour de son coéquipier. Kimi Räikkönen a su tenir en respect son compatriote Valtteri Bottas en fin de course pour la septième place. Lando Norris et Alexander Albon complètent le Top 10 alors que Romain Grosjean, handicapé par une perte de pression d'eau dans son moteur, a abandonné au 52eme tour. Avec cette victoire, Lewis Hamilton peut partir en vacances avec un matelas de 62 points d'avance sur son coéquipier, qui voit Max Verstappen revenir à sept longueurs et va passer une pause estivale maussade où le couperet pourrait tomber le concernant en vue de 2020.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.