GP de Grande-Bretagne : Whiting rejette la faute sur les pilotes après les accidents au premier virage liés au DRS

GP de Grande-Bretagne : Whiting rejette la faute sur les pilotes après les accidents au premier virage liés au DRS©Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, publié le mercredi 11 juillet 2018 à 18h20

Alors que la zone DRS ajoutée à Silverstone a provoqué deux accidents, Charlie Whiting a assuré que ce sont les pilotes qui sont en faute.

A l'image de ce qui avait été fait notamment en Australie ou en Autriche, la FIA a proposé aux pilotes le week-end dernier à Silverstone une troisième zone d'activation du DRS. Située dans la ligne droite des stands et se prolongeant jusqu'au troisième virage, cette zone a indirectement provoqué l'accident de Romain Grosjean lors de la première séance d'essais libres puis celui de Marcus Ericsson durant la course, provoquant l'intervention de la voiture de sécurité qui a relancé la course. Alors que le Français et le Suédois ont assuré avoir glissé sur le bouton permettant de refermer l'aileron arrière de leurs monoplaces respectives, les critiques se sont multipliées à l'encontre de la FIA pour ce choix et Charlie Whiting, directeur de course, a répondu de manière sèche. « Je pense que les incidents au cours desquels les pilotes ont perdu le contrôle de leur monoplace au passage du virage 1 car ils avaient le DRS ouvert à ce moment là sont liés à un choix des pilotes, comme tous les autres choix faits au volant d'une voiture, assure le Britannique dans des propos recueillis par Motorsport.com. C'est comme pour toute voiture qui pose un dilemme aux pilotes et, parfois, ils essayent de passer à fond quand ça ne passe pas tout à fait à fond et ils partent en tête-à-queue. C'est la même chose, c'est leur choix. S'ils ont pensé qu'ils pouvaient le faire, alors ils peuvent essayer. Ce n'est pas obligatoire de le faire. C'est comme tout autre choix que les écuries et les pilotes peuvent faire. » Ce qui est certain, c'est que cette zone ajoutée n'a pas permis d'aider aux dépassements, ce qui a été admis sans difficulté par Charlie Whiting.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.