GP de France : Vettel ne pouvait pas faire mieux

GP de France : Vettel ne pouvait pas faire mieux©Panoramic, Media365

Mathieu WARNIER, publié le dimanche 23 juin 2019 à 23h20

Parti septième sur la grille de départ, Sebastian Vettel a pu se défaire des McLaren pour finir cinquième, ce qui est le meilleur résultat possible selon l'Allemand dans ce Grand Prix de France. Un week-end durant lequel il n'a pas toujours été à l'aise avec sa monoplace.

Sebastian Vettel va sans doute regretter cette Q3 manquée qui l'a contraint à la septième place sur la grille de départ du Grand Prix de France. Parti trop loin pour espérer le podium, l'Allemand a rapidement compris que la course allait être difficile. « J'ai connu une course assez solitaire, mis à part un peu de confusion lors du départ avec l'extinction des feux qui nous a tous pris par surprise, a confié Sebastian Vettel sur le site officiel de la Scuderia Ferrari. C'était amusant de se battre avec les McLaren, d'abord face à Lando Norris puis contre Carlos Sainz Jr. Le premier relais s'est plutôt bien passé, ce qui m'a permis de réduire l'écart sur Charles Leclerc et Max Verstappen. Puis, durant le deuxième, j'ai eu un peu plus de problèmes d'équilibre et je ne me suis pas senti totalement confortable avec la voiture. »

Vettel : « Notre monoplace n'est pas encore assez forte »

Après avoir passé les deux McLaren, Sebastian Vettel n'a pas pu aller chercher le podium et, grâce à un arrêt à deux tours de la fin pour chausser des pneus tendres, l'Allemand s'est consolé avec le meilleur tour en course. « Je suis convaincu que la cinquième place était le meilleur résultat possible avec Charles, Max et moi qui avons roulé dans un rythme similaire, ajoute Sebastian Vettel. Au moins, aller chercher le meilleur tour en course signifie que je prends un point en plus. » Mais ce qui pose le plus de problème au quadruple champion du monde, c'est le manque d'efficacité des pièces apportées au Castellet et testées sans succès vendredi. « Nous devons toujours comprendre pourquoi la journée de vendredi s'est avérée si compliquée avec certaines évolutions apportées ici qui n'ont pas fonctionné comme nous l'attendions. Notre monoplace n'est pas encore assez forte et c'est à nous de l'améliorer, assure l'Allemand. Nous n'avons pas encore le rythme suffisant pour battre Mercedes mais je sais que tout le monde à Maranello travaille avec autant de pression et de passion positive. » L'Autriche, un circuit rapide, pourrait être un test pour Ferrari.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.