GP de France : Les Tricolores ne cachent pas leur bonheur

GP de France : Les Tricolores ne cachent pas leur bonheur©Panoramic, Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, publié le vendredi 22 juin 2018 à 09h00

Conviés à la conférence de presse de la FIA, les trois pilotes tricolores engagés en F1 ont fait part de leur satisfaction à l'idée de courir devant leur public.

Après dix ans d'absence, le Grand Prix de France retrouve sa place au calendrier de la Formule 1. Comme le veut la tradition, la FIA a convié plusieurs pilotes à se présenter devant la presse et, sans surprise, le trio tricolore a pris place aux côtés de Fernando Alonso, récent vainqueur des 24 Heures du Mans. Ce jeu de questions-réponses a permis à Romain Grosjean, Esteban Ocon et Pierre Gasly n'ont pas hésité à partager leur bonheur de pouvoir, pour la première fois de leur carrière, évoluer au volant d'une F1 devant leur public.

Grosjean : « Un très bel endroit pour organiser une course »


Malheureux avec Haas depuis le début de la saison, Romain Grosjean veut repartir de l'avant lors du Grand Prix de France, lui qui assure avoir été un peu surpris d'un retour autour duquel les rumeurs avaient été silencieuses. « C'est vraiment quelque chose de spécial. Je suis arrivé en F1 en 2009, l'année après la disparition du Grand Prix de France, rappelle l'ancien pilote Renault. Durant toutes mes saisons dans la discipline, je n'ai entendu que peu de choses sur un retour de l'épreuve puis les rumeurs ont commencé à se multiplier avant d'apprendre l'an passé que nous allions de nouveau avoir un Grand Prix de France. » Mais ce que souligne le plus Romain Grosjean, c'est l'atmosphère autour de ce grand retour dans un cadre exceptionnel. « Nous voici donc ici et c'est incroyable de découvrir à nouveau le Paul Ricard avec les tribunes. J'ai l'impression que l'atmosphère est bonne autour de cette course sans oublier que le sud de la France est un des endroits les plus beaux au monde, assure le Tricolore. La météo est gentille envers nous et je pense que c'est simplement un très bel endroit pour organiser une course et je suis très, très impatient à l'idée de sortir en piste. »

Ocon se souvient de ses jeunes années


Pour Esteban Ocon, le Circuit Paul-Ricard du Castellet est l'occasion de se souvenir des succès passés, dans les formules de promotion qui ont permis son ascension vers la F1. Mais le pilote Force India assure que le contexte n'aura absolument rien en commun avec ce qu'il va connaître tout le week-end « J'ai couru sur ce circuit par le passé. La dernière fois que je suis venu ici, il y avait beaucoup moins de monde, se remémore le champion GP3 2015. A l'époque, j'avais gagné en Formule Renault 2.0 et c'était ma toute première victoire en monoplace. Ce sont des souvenirs fantastiques et revenir ici est quelque chose de spécial. Bien évidemment, nous nous rendons compte de l'atmosphère qui règne ici dès le premier jour, ce qui est quelque chose d'incroyable. Il y a beaucoup de fans qui viennent et je n'en peux plus d'attendre pour courir pour la première fois devant le public français. »

Gasly : « Nous sommes un peu chanceux »


Pour sa part, Pierre Gasly a eu une pensée pour les pilotes français tels Jean-Eric Vergne, Sébastien Bourdais, le regretté Jules Bianchi ou encore Charles Pic qui ont connu la Formule 1 alors que la France avait perdu sa place au calendrier. A l'image d'Esteban Ocon, le pilote Toro Rosso a des souvenirs de ses jeunes années, où il a brillé à plusieurs reprises sur le Paul-Ricard. « Pour être honnête, je suis très impressionné par le circuit. La dernière fois que je suis venu ici, c'était en 2014 et il y a maintenant tellement de tribunes et beaucoup plus de monde qu'à l'accoutumée, assure celui qui a terminé à la quatrième place le récent Grand Prix de Bahreïn. Je me rappelle qu'en 2013, nous avions couru ici avec Esteban Ocon et, en 2014, j'ai gagné en Formule 4 et aussi en Formule Renault donc j'ai beaucoup de bons souvenirs. C'est juste incroyable de revenir ici pour ma première course de F1 à domicile. Nous sommes un peu chanceux car tous les pilotes français des dix dernières années n'ont pas eu cette chance. C'est ma première saison complète en F1 et avoir l'opportunité de courir dans mon pays, c'est quelque chose d'exceptionnel. » Un mot qu'on retrouve dans la bouche des trois pilotes français, signe que ce Grand Prix de France représente beaucoup à leurs yeux.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU