GP d'Italie : Sur les terres de Ferrari, la course d'équipe de Mercedes offre la victoire à Hamilton, Grosjean sixième puis disqualifié

GP d'Italie : Sur les terres de Ferrari, la course d'équipe de Mercedes offre la victoire à Hamilton, Grosjean sixième puis disqualifié

Sylvian Baudry, publié le dimanche 02 septembre 2018 à 21h55

Alors que Ferrari était en position de force, l'accrochage de Sebastian Vettel puis la stratégie d'équipe discutable mais payante de Mercedes ont coûté cher à la Scuderia, qui voit Lewis Hamilton s'imposer sur leurs terres et creuser l'écart au championnat. Sixième de la course, Romain Grosjean a ensuite été disqualifié après que Renault a déposé une réclamation.

Les tifosi ne s'attendaient pas à cela. Malgré une première ligne 100% rouge au départ, c'est bien Lewis Hamilton qui a franchi la ligne d'arrivée du Grand Prix d'Italie en tête, pour la sixième fois en quatorze courses disputées cette saison. L'événement fondateur de ce succès du quadruple champion du monde à Monza aura été le contact entre les deux concurrents au titre mondial, dès les premiers virages de la course. Au moment de se faire dépasser par le leader au classement provisoire du championnat du monde, Sebastian Vettel est parti en tête à queue, après un accrochage entre les deux monoplaces, pour lequel aucun des protagonistes n'a été sanctionné par les commissaires. En revanche, obligé de repasser par les stands pour remplacer son aileron avant endommagé et ses pneus, le pilote de la Scuderia a dû remonter l'intégralité du peloton, pour terminer à une quatrième place inespérée. Devant, Lewis Hamilton et Kimi Räikkönen se sont mutuellement surveillé dans leurs rétroviseurs pendant presque toute la course, souvent séparés par une petite seconde.

Valtteri Bottas déterminant


Auteur de la pole samedi, le Finlandais est passé le premier par les stands, après seulement 20 tours de course. Il le regrettera à l'abord des derniers tours de piste, quand ses gommes seront trop dégradées pour répondre au dépassement du Britannique (au 47eme tour sur 53). Lorsque le leader de Mercedes a décidé de s'arrêter quelques tours plus tard, c'est son coéquipier Valtteri Bottas qui s'est emparé de la tête, suivi de son compatriote, en Ferrari. A la radio, les stratèges de l'écurie allemande ne sont pas passés par quatre chemins, et ont clairement demandé au quatrième du championnat de retenir Kimi Räikkönen, pour que Lewis Hamilton puisse revenir et que le Finlandais détruisent ses gommes dans ses échappements, lui qui était alors cinq secondes plus loin. Une fois l'Anglais revenu sur les talons de la voiture italienne, le numéro 2 de Mercedes est rentré aux stands. La suite est limpide. Patient, le champion du monde en titre a attendu l'instant opportun pour déborder son concurrent, et s'envoler vers la victoire, au grand dam des supporters tout de rouge vêtu dans les gradins.

Grosjean sixième puis disqualifié !


Pendant ce temps-là, Valtteri Bottas, plus rapide que Max Verstappen, a été tassé au freinage par le Néerlandais, pénalisé de cinq secondes pour cette manœuvre interdite. Résultat, bien que quatrième à l'arrivée, le pilote de 29 ans est sur le podium, et Sebastian Vettel est finalement dans le Top 4. Red Bull Racing n'a décidément pas beaucoup souri ce dimanche, le nouveau moteur Renault lâchant Daniel Ricciardo à la mi-course. Du côté des FrançaisEsteban Ocon (Force India) progresse de deux places par rapport à sa position sur la grille et termine sixième, tandis que Pierre Gasly doit se contenter d'une 14eme place sur sa Toro Rosso, handicapée par un moteur Honda pas à la fête dans le « Temple de la Vitesse ». A l'origine, Romain Grosjean avait terminé premier Français avec une sixième place finale, permettant au natif de Genève de signer sa meilleure saison depuis son arrivée au volant de l'écurie Haas. Un plaisir toutefois de courte durée, puisque suite à la réclamation de Renault, Grosjean a été disqualifié pour fond plat non conforme après trois heures de délibérations des commissaires du Grand Prix. Il perd donc sa sixième place et Renault conserve sa quatrième place au Championnat du Monde des constructeurs devant... Haas. Au classement des pilotes, Lewis Hamilton possède, lui, désormais un matelas confortable de 30 points à l'aube du Grand Prix de Singapour (14-16 septembre), où les Flèches d'argent ne sont pas souvent à la fête. On promettait également des difficultés pour ces dernières en Italie et le recordman de pole positions a triomphé. Mais ce fut au prix d'une véritable course d'équipe, que Ferrari n'a pas pu mener.


Vos réactions doivent respecter nos CGU.