GP d'Italie : La pole pour Leclerc

GP d'Italie : La pole pour Leclerc©Media365
A lire aussi

Aurélien CANOT, publié le samedi 07 septembre 2019 à 16h20

Une semaine après avoir signé sa première victoire en F1, Charles Leclerc s'élancera en pole position du GP d'Italie, dimanche à Monza. Au volant de sa Ferrari, le Monégasque devance Carlos Sainz, seul autre pilote de la Q3 à avoir terminé son tour rapide lors d'une fin de séance à tomber sur la tête.

Sept pilotes qui refusent d'ouvrir la piste à deux minutes de la fin de la session après que celle-ci a été stoppée suite à une sortie de piste de Kimi Raïkkönen et Charles Leclerc qui en profite pour signer la pole dans l'antre de son écurie, une semaine après son premier succès en F1, en Belgique. La fin de Q3 de la séance de qualification du GP d'Italie, samedi après-midi à Monza, a tourné au ridicule. Une farce, sauf pour Leclerc et Carlos Sainz (McLaren), seuls concurrents à réagir à temps pour pouvoir couper la ligne à temps et terminer leur tour rapide (à leur deuxième tentative), tandis que tous les rivaux, dindons de cette farce, eux, pour le coup, se retrouvaient piégés, faute d'avoir accepté de prendre la tête par peur de permettre à leurs rivaux de profiter de leur aspiration. A l'arrivée, si l'Espagnol n'a pas amélioré son meilleur temps et conserve donc la septième place sur la grille de départ, l'homme en forme du moment, qui n'en demandait pas tant, s'offre, lui, sa quatrième pole position, et la quatrième cette saison, avec un temps de 1'19"307. Sur la grille, le Monégasque devancera les deux Mercedes de Lewis Hamilton (1'19"346) et Valtteri Bottas (1'19"354), son coéquipier chez Ferrari Sebastian Vettel, contraint lui aussi de stopper sa tentative avant la fermeture de la piste pour avoir comme les autres tout fait, à savoir essentiellement ralentir, pour ne pas se retrouver en tête, termine lui cette séance qui restera dans les annales à la quatrième place.


Vettel fâché contre Leclerc

Après-coup, à noter que le quadruple champion du Monde allemand de la Scuderia n'a pas hésité à tirer les oreilles, heureusement uniquement devant les micros, à son jeune coéquipier, coupable selon lui de l'avoir obligé à couper son effort en jaillissant juste devant lui, comme l'avait déjà fait Sainz quelques minutes plus tôt. Côté français, à noter que ni Pierre Gasly (Toro Rosso), certain (au même titre que Max Verstappen) avant même cette session de partir en fond de grille (pénalité moteur), ni Romain Grosjean (Haas) n'ont réussi à s'inviter à cette Q3 à tomber sur la tête.



Le premier a toutefois signé le 15eme temps, juste devant son compatriote, 16eme. Toutefois, Grosjean s'élancera de la 14eme place sur la grille, Lando Norris (McLaren) ayant reçu lui aussi une pénalité. « C'était la folie », pestait Hamilton en regagnant son stand, le double champion du Monde en titre reconnaissant toutefois que les Ferrari étaient meilleurs que les Mercedes en ligne droite. De quoi permettre à la Scuderia de signer sa deuxième victoire de rang, le tout sur ses terres ? Réponse dimanche.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.