GP d'Espagne : Une course bien trop facile pour Hamilton

GP d'Espagne : Une course bien trop facile pour Hamilton©Panoramic, Media365

Mathieu WARNIER, publié le dimanche 13 mai 2018 à 17h01

Jamais inquiété durant les 66 tours de course, Lewis Hamilton a signé un succès trop facile dans le Grand Prix d'Espagne devant Valtteri Bottas et Max Verstappen, qui a profité de la mauvaise stratégie de Sebastian Vettel, seulement quatrième.

Auteur de la pole position samedi avec un chrono exceptionnel, Lewis Hamilton se présentait en favori du Grand Prix d’Espagne ce dimanche sur le Circuit de Catalogne. Le Britannique n’a pas manqué son départ contrairement à Valtteri Bottas, qui a vu Sebastian Vettel se glisser devant lui au premier virage. Mais le grabuge est arrivé dans le long virage 3 quand, s’assurant déventé par son coéquipier, Romain Grosjean a perdu le contrôle de sa Haas, repiquant dans le peloton pour mettre hors course d’abord Nico Hulkenberg puis Pierre Gasly. Après l’intervention de la voiture de sécurité, Lewis Hamilton a fait parler la performance un ton au-dessus, peut-être aidé par des gommes Pirelli modifiées, affinées, à la demande de... Mercedes pour la piste catalane totalement resurfacée. En manque de performance face à une Mercedes qui a facilement pris plus de cinq secondes d’avance, Sebastian Vettel a anticipé son premier arrêt au stand, troquant les gommes tendres du départ pour des gommes medium avec le secret espoir d’aller au bout de la course.

Räikkönen encore malchanceux

Valtteri Bottas s’arrête à peine un tour après mais un arrêt trop long ne lui a pas permis de prendre la deuxième place à l’Allemand, mais ce n’était que partie remise. La course de la Scuderia Ferrari a tourné au tragique quand, d’abord, Kimi Räikkönen a été contraint à l’abandon pour un problème technique au 26eme tour. En outsiders, les deux pilotes Red Bull Racing ont décidé d’allonger leur premier relais jusqu’au 34eme et 35eme tours pour Daniel Ricciardo et Max Verstappen. Le tournant de la course a été le 41eme tour quand, suite à un arrêt inhabituellement long, Esteban Ocon a été contraint à l’abandon, garant sa Force India en bord de piste. Un Grand Prix d’Espagne à oublier pour une délégation française qui se voulait ambitieuse après les qualifications mais qui quitte Barcelone avec la gueule de bois et trois abandons. Pour dégager la monoplace du Français, les commissaires ont déployé la voiture de sécurité virtuelle, imposant aux pilotes de ralentir fortement en piste. Sebastian Vettel en a alors profité pour faire un deuxième arrêt surprise pour chausser un ultime train de pneus mediums et aller au bout de la course.

Verstappen opportuniste pour le podium

Mais les mécaniciens de la Scuderia Ferrari se mettent à la faute et l’Allemand doit céder d’abord la deuxième place à Valtteri Bottas puis, surtout, la troisième à Max Verstappen. Le Néerlandais s’est encore une fois fait remarquer lors de la relance car il a accroché Lance Stroll et abimé son aileron avant. Mais cela n’a pas bloqué le pilote Red Bull qui a fait mieux que résister à Sebastian Vettel pour s’offrir le podium deux semaines après la catastrophe de Bakou. Devant, les deux Mercedes ont été comme à la parade, Lewis Hamilton s’imposant avec près de 20 secondes d’avance sur Valtteri Bottas. Derrière, Daniel Ricciardo est cinquième et le dernier pilote dans le même tour que le vainqueur. Confirmant le potentiel de sa Haas, Kevin Magnussen se hisse au poste de « meilleur des autres » à la cinquième place devant Carlos Sainz, Fernando Alonso, Sergio Pérez et... Charles Leclerc. Deux semaines après avoir ouvert son compteur de points, le Monégasque de Sauber confirme avec une dixième place qui ne doit rien au hasard. Avec cette victoire et la quatrième place de Sebastian Vettel, Lewis Hamilton creuse l’écart au classement pilotes avec 17 points d’avance sur l’Allemand quand Mercedes profite des malheurs de Ferrari pour reprendre le contrôle au classement constructeurs avec un avantage de 27 points.

Formule 2 (Course sprint) : Aitken ouvre son palmarès

Membre de la filière Renault, le Britannique Jack Aitken a signé sa toute première victoire en Formule 2 à l'occasion de la course sprint disputée ce dimanche sur le Circuit de Catalogne-Barcelone en marge du Grand Prix d'Espagne de F1. Profitant du départ manqué du Russe Artem Markelov, tenant de la pole position suite à sa huitième place dans la course principale samedi, le Britannique de l'écurie ART Grand Prix a pris les commandes sans jamais être inquiété malgré les interventions de la voiture de sécurité virtuelle suite à un accrochage au premier tour impliquant le Néerlandais Nyck de Vries, l'abandon du Brésilien Sergio Sette Camara suite au déclenchement inattendu de l'extincteur intégré à sa monoplace puis à celui du Suisse Ralph Boschung, qui a laissé sa monoplace en bord de piste après avoir détruit son pneu Pirelli avant-gauche suite à un blocage de roue, mais également à une voiture de sécurité après un accrochage entre les Japonais Tadasuke Makino et Nirei Fukuzumi. Jack Aitken a finalement résisté à Alexander Albon et Lando Norris, qui conserve sa place de leader du championnat devant le Thailandais et George Russell, quatrième de cette course sprint.

Classement du championnat pilotes après 6 courses (sur 24)

1- Lando Norris (GBR/Carlin) 80

2- Alexander Albon (THA/DAMS) 67

3- George Russell (GBR/ART Grand Prix) 62

4- Nyck de Vries (PBS/Pertamina Prema Theodore Racing) 46

5- Sergio Sette Camara (BRE/Carlin) 46 ...

GP3 (Course 2) : Alesi renoue avec la victoire

Sur une piste de Barcelone détrempée par la pluie tombée dans la nuit de samedi à dimanche, Giuliano Alesi a parfaitement tiré parti d'un mauvais départ signé Juan Manuel Correa. Dès lors, le pilote Trident intégré à la filière Ferrari a fait la course en tête et a su manoeuvrer à chaque relance suite aux interventions de la voiture de sécurité provoquées par les sorties de piste, notamment celle de Tatiana Calderon. La Colombienne a tenté le coup des pneus slicks en fin de course sur une piste qui n'était pas totalement sèche. C'est finalement un doublé français dans cette deuxième course du week-end en GP3 car Anthoine Hubert a répété sa performance de samedi avec la deuxième place, Jake Hughes complétant le podium qui voit encore deux pilotes ART Grand Prix s'y installer. Dorian Boccolacci termine cinquième quand Julian Falchero prend la 11eme place alors que Gabriel Aubry n'a pas terminé la course suite à une sortie de piste.

GP3 SERIES / BARCELONE

Course 2 - 16 tours (74,480km) - Dimanche 13 mai 2018

1- Giuliano Alesi (FRA/Trident) en 33’02’’326

2- Anthoine Hubert (FRA/ART Grand Prix) à 2’’077

3- Jake Hughes (GBR/ART Grand Prix) à 2’’376

4- Juan Manuel Correa (USA/Jenzer Motorsport) à 3’’295

5- Dorian Boccolacci (FRA/MP Motorsport) à 3’’593

...

11- Julien Falchero (FRA/Arden International) à 8’’855

...

Classement du championnat pilotes après 2 courses (sur 18)

1- Anthoine Hubert (FRA/ART Grand Prix) 32 points

2- Nikita Mazepin (RUS/ART Grand Prix) 25

3- Giuliano Alesi (FRA/Trident) 23

4- Callum Ilott (GBR/ART Grand Prix) 17

5- Leonardo Pulcini (ITA/Campos Racing) 16

6- Dorian Boccolacci (FRA/MP Motorsport) 16

...

14- Julien Falchero (FRA/Arden International) 0

...

16- Gabriel Aubry (FRA/Arden International) 0

...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.