GP d'Autriche : Ferrari et la chaleur, deux problèmes pour Hamilton

GP d'Autriche : Ferrari et la chaleur, deux problèmes pour Hamilton©Panoramic, Media365

Mathieu WARNIER, publié le vendredi 28 juin 2019 à 09h22

Après avoir écrasé le Grand Prix de France, Mercedes aborde le Grand Prix d'Autriche avec un état d'esprit particulier, confirme Lewis Hamilton qui n'a pas caché que la chaleur et la concurrence de Ferrari vont lui poser problème.

Une semaine après un Grand Prix de France qui ne restera pas dans les annales, la Formule 1 s'est donné rendez-vous à Spielberg pour le Grand Prix d'Autriche. Sur le tourniquet du Red Bull Ring, Lewis Hamilton s'attend à avoir de l'adversité venant de Ferrari et se pose la question de savoir quel sera le niveau de performance de Red Bull Racing, qui avait remporté son Grand Prix à domicile en 2018 avec Max Verstappen. « Le week-end va être intéressant, je ne sais pas à quel point nous serons performants. Je pense que les Ferrari seront proches, a confié face à la presse le leader incontesté du championnat du monde. Je ne sais pas ce qui fonctionne différemment sur différents circuits, donc ce sera intéressant de voir où nous nous situons par rapport à Red Bull Racing et eux. Red Bull Racing est rapide ici et je crois qu'ils ont gagné la course l'an dernier donc ce sera intéressant de voir comment ils se débrouillent. »

Hamilton : « Tous les ingénieurs sont un peu nerveux »

Le Red Bull Ring ne laisse pas que de bons souvenirs à l'écurie Mercedes. Si les Flèches d'Argent ont gagné les quatre premières courses lors du retour de la F1 en Autriche avec Nico Rosberg, Lewis Hamilton puis Valtteri Bottas, l'édition 2018 reste marquée par un double abandon sur problème technique, ouvrant la voie à un succès de Max Verstappen. Alors que la température devrait dépasser nettement les 30°C durant le week-end, le champion du monde en titre se montre prudent tant les contraintes sur les monoplaces seront intenses. « Je pense que c'est l'une des courses les plus dures. L'an dernier, nous avons connu un double abandon, donc vous imaginez que tous les ingénieurs sont un peu nerveux, tendus, car il fait très chaud ici, plus chaud que jamais, et nous sommes à 700 mètres d'altitude, assure Lewis Hamilton. Il n'y a que dix virages, mais les voitures sont toujours à la limite en matière de refroidissement, et elles sont très lourdes cette année, donc ce sera pire au freinage. On se retrouve à agrandir les prises d'air pour contribuer au refroidissement, mais c'est pire pour l'aérodynamique. On perd donc de la performance, et certaines équipes s'en tirent mieux que d'autres. »

Hamilton ne s'attend pas à pouvoir attaquer

La chaleur sera sans aucun doute le facteur limitant dans le niveau de performance des monoplaces durant le week-end. Un phénomène qui devrait pousser les écuries à ne pas tirer le plein potentiel de leur monoplace et contraindre les pilotes à se réfréner en piste pour éviter une panne qui saborderait tous les efforts. « Cela va être un problème dans tous les domaines, même pour les mécaniciens dans le garage, qui sont debout toute la journée. Dans la voiture, ce sera délicat. Il me faudra vraiment cajoler la voiture, et je ne trouve pas ça génial pour les fans, se lamente Lewis Hamilton. Parce que les voitures sont trop lourdes, les freins posent un problème. Nous devrions pouvoir attaquer à fond, mais on ne verra pas ça ce week-end. Il y aura beaucoup de lift-and-coast, 300 mètres ! Il n'y a que dix virages, donc il faut lever le pied longtemps. » Mais le tracé du Red Bull Ring, le pilote Mercedes l'affirme, devrait permettre d'avoir un tant soit plus de spectacle que lors du Grand Prix de France, si la chaleur n'est pas trop intense. « On peut dépasser ici, il y a plus d'opportunités et l'écart requis pour doubler est plus faible, mais devoir refroidir la voiture en laissant de la marge avec celle de devant, ce ne sera pas si bien, ajoute le Britannique. J'espère que ce sera quand même une bonne course. » De toute façon, il sera difficile de faire pire que le Grand Prix de France !

Vos réactions doivent respecter nos CGU.