GP d'Australie : Ferrari n'a pas voulu prendre de risques

GP d'Australie : Ferrari n'a pas voulu prendre de risques©Panoramic, Media365

Mathieu WARNIER, publié le dimanche 17 mars 2019 à 22h37

Alors que le stand Ferrari a demandé à Charles Leclerc de ne pas attaquer Sebastian Vettel dans la deuxième moitié du Grand Prix d'Australie, le patron de la Scuderia Mattia Binotto a confirmé que c'était pour s'assurer que ses deux pilotes ne s'accrochent pas.

Ferrari a déjà fait un choix entre ses pilotes. Alors que Sebastian Vettel et Charles Leclerc ne sont pas passés loin de l'accrochage dès le premier virage, Mattia Binotto a donné ordre au Monégasque de ne pas attaquer l'Allemand afin d'assurer un maximum de points pour la Scuderia. « Quand Sebastian est passé par les stands pour chausser des pneus medium, il n'a pas trouvé l'adhérence qu'il attendait et a été attaqué par Max Verstappen. Dès lors, nous avons décidé de ramener les voitures à la maison, il gérait la dégradation de ses pneus pour aller au bout de la course, a déclaré le patron de l'écurie italienne au micro de Sky Sports. A dix tours de la fin de la course, en tant qu'équipe, nous avons décidé de ne plus prendre le moindre risque, de conserver les positions en l'état et de ramener les voitures à la maison en marquant des points. » Une première décision en faveur de l'Allemand qui va faire parler alors que ce n'était que la première course de la saison.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.