GP d'Allemagne : Une course au scenario improbable voit Verstappen s'imposer

GP d'Allemagne : Une course au scenario improbable voit Verstappen s'imposer©Media365

Mathieu WARNIER, publié le dimanche 28 juillet 2019 à 17h10

A l'issue d'un Grand Prix d'Allemagne totalement fou, Max Verstappen a émergé en vainqueur du chaos devant Sebastian Vettel et Daniil Kvyat. A domicile, les pilotes Mercedes sont passés à côté de leur course.



Le Grand Prix d'Autriche était fou, celui d'Allemagne est parvenu à l'être encore plus. Et cela est dû à un ingrédient qui a fait irruption dans la matinée sur Hockenheim : la pluie ! Sur une piste tour à tour détrempée puis séchante, les pilotes devaient prendre un maximum de précaution pour ne pas aller à la faute. A ce petit jeu, c'est Max Verstappen qui s'est montré le plus solide contrairement à bon nombre de ses rivaux. Après un départ donné à la suite de trois tours derrière la voiture de sécurité, les deux pilotes Mercedes ont parfaitement profité du départ manqué des pilotes Red Bull Racing pour s'installer solidement aux deux premières places de la course... mais la sortie de piste de Sergio Pérez dans le troisième tour a immédiatement chamboulé les plans des stratèges des écuries. Partis en pneus pluie, les pilotes sont passés aux gommes intermédiaires sauf, notamment Kevin Magnussen, qui a un temps pointé au deuxième rang derrière l'inévitable Lewis Hamilton. Un passage au stand qui a donné des sueurs froides à Charles Leclerc, ressorti sous le nez de Romain Grosjean mais c'est Ferrari qui a été sanctionné, pas le Monégasque.

Leclerc et Hamilton à la faute



Le pilote Ferrari a vécu un début de course d'abord idyllique, avec une remontée exceptionnelle aidée par des pneus intermédiaires neufs chaussés au 16eme tour alors que la voiture de sécurité virtuelle a neutralisé la course à la suite de la casse du moteur de la Renault de Daniel Ricciardo. Mais c'est dans le mur de pneus à l'extérieur du dernier virage du Hockenheimring que les espoirs de première victoire en F1 de Charles Leclerc ont pris fin. En effet, face à une piste séchant à vitesse grand V, les pilotes suffisamment téméraires sont passés aux slicks. Mais, un tour après son changement, le pilote Ferrari a perdu le contrôle de sa monoplace pour rester coincé dans le bac à graviers après avoir heurté le mur de pneus. Un tour après, c'est Lewis Hamilton qui a commis la même erreur mais le prix a été moins important. Le Britannique y a laissé son aileron avant et, dans la précipitation, est entré dans la voie des stands de manière cavalière pour un arrêt qui a duré près d'une minute, entrée qui lui a valu une pénalité de cinq secondes ajoutées à son temps de course. Des bouleversements qui ont fait le jeu de Max Verstappen. Le Néerlandais a, alors, pris la tête de la course devant un improbable Nico Hulkenberg, qui a très rapidement reculé dans la hiérarchie, et Valtteri Bottas. Derrière, Lewis Hamilton a été mis en difficulté par un incisif Alexander Albon mais a tenu bon.

Week-end à oublier pour Mercedes, Vettel revient de nulle part !



Mais ce n'était pas encore la fin des rebondissements dans ce Grand Prix d'Allemagne, bien au contraire ! Au 45eme tour, Nico Hulkenberg s'avère être la nouvelle victime de la piste très piégeuse d'Hockenheim, provoquant une nouvelle intervention de la voiture de sécurité, mais également une nouvelle vague d'arrêts au stand, permettant à Lewis Hamilton de payer sa pénalité mais, l'arrêt s'étant encore plus allongé, le Britannique a plongé dans les profondeurs du peloton, l'obligeant à cravacher comme rarement pour remonter. A trop attaquer, le pilote Mercedes est parti en tête à queue, endommageant gravement ses pneus. Trois tours plus tard, c'est Valtteri Bottas qui a commis strictement la même erreur mais, pour le Finlandais dont la place au sein des Flèches d'Argent est contestée, le prix à payer a été bien plus lourd. La W10, redécorée pour fêter les 125 ans d'implication dans le sport automobile de Mercedes, a vu son train avant détruit, imposant à la direction de course l'entrée en piste de la voiture de sécurité. La vague de changements de pneus, pour repasser aux slicks, a fait des heureux : Daniil Kvyat, Lance Stroll et... Sebastian Vettel ! Parti dernier, en manque absolu de rythme en gommes pluie puis intermédiaires, l'Allemand a retrouvé de sa superbe dans le dernier quart de course. Alors que Max Verstappen a pu s'envoler pour aller chercher un deuxième victoire cette saison après l'Autriche, autre course au scenario incroyable, le pilote Ferrari s'est déchaîné et a dépassé successivement Carlos Sainz Jr, Lance Stroll puis Daniil Kvyat avec l'aide du DRS et sous les hourras du public allemand pour empocher une deuxième place absolument inattendue après le désastre qu'a été la séance de qualifications ce samedi pour la Scuderia Ferrari.

Verstappen sauvé des eaux, Kvyat surprend tout le monde



Au volant de sa Toro Rosso, Daniil Kvyat renoue de manière improbable avec le podium pour la première fois depuis une troisième place en Chine en 2016 avec Red Bull Racing et offre à Toro Rosso son meilleur résultat derrière la victoire de Sebastian Vettel à Monza en 2008. Une fin de course qui, malheureusement, a été marquée par l'accrochage entre Alexander Albon et Pierre Gasly. Le Thaïlandais, à la lutte pour la sixième place, a fermé la porte au Français et provoqué un accrochage qui a mis hors-course le pilote Red Bull Racing. Les commissaires ont rapidement classé sans suite cette affaire, permettant à Alexander Albon de conserver sa sixième place derrière Lance Stroll et Carlos Sainz Jr, son meilleur résultat depuis le début de la saison. Les deux pilotes Alfa Romeo Racing, Kimi Räikkönen et Antonio Giovinazzi suivent aux 7eme et 8eme rangs alors que les deux pilotes Haas clôturent le Top 10 avec Romain Grosjean terminant devant Kevin Magnussen malgré un contact entre le Français et le Danois dans les derniers tours. Ce dernier a, ensuite, su résister à la charge de Lewis Hamilton, dernier lors de l'ultime relance et qui échoue à la porte des points sur la ligne d'arrivée. Mais, quelques heures après l'arrivée, les commissaires de la FIA ont décidé de sanctionner les deux pilotes Alfa Romeo d'un stop-and-go de dix secondes commué en 30 secondes ajoutées au temps de courses de Kimi Räikkönen et Antonio Giovinazzi. Des pénalités qui font les affaires de Lewis Hamilton, qui sauve deux petits points et de... Robert Kubica ! Le Polonais offre ainsi à l'écurie Williams un premier point inespéré vu le niveau de performance des monoplaces issue de l'usine basée à Woking. Une course manquée de la part de Mercedes qui permet à Ferrari de réduire timidement l'écart au classement constructeurs alors que Max Verstappen fait la bonne affaire de Grand Prix d'Allemagne, revenant à 23 points de Valtteri Bottas au classement pilotes. La présence d'Hockenheim au calendrier de la F1 est remise en doute mais, avec un tel spectacle, il serait vraiment dommage de se passer d'un tel tracé !

Vos réactions doivent respecter nos CGU.