Force India : Trois écuries ralentissent la relance de l'écurie

Force India : Trois écuries ralentissent la relance de l'écurie©Media365

Mathieu WARNIER, publié le mardi 31 juillet 2018 à 15h56

Suite à la mise sous administration de l'écurie Force India, trois écuries ont fait part de leur opposition au transfert de la part des droits commerciaux lui revenant aux potentiels nouveaux investisseurs.

La reprise de Force India se complique. Placée sous administration suite à une procédure judiciaire entamée par Sergio Pérez avec le soutien du sponsor BWT et du motoriste Mercedes, l'écurie basée à Silverstone est à la recherche d'un repreneur qui pourrait être Lawrence Stroll, le père de Lance Stroll, ou encore Dmitry Mazepin, homme d'affaires russe et père du troisième pilote de l'écurie, Nikita Mazepin. Or une telle reprise, surtout en cours de saison, n'est possible qu'avec un accord unanime des écuries permettant à la nouvelle entité de récupérer la part des revenus commerciaux de la Formule 1, un accord que l'écurie suisse Sauber avait pu obtenir courant 2016 quand Longbow Finance avait pris son contrôle. Mais pour Force India, au milieu d'une guerre d'influence, la tâche s'est déjà révélée plus ardue. Alors que la procédure d'administration a été lancée vendredi dernier par la justice britannique, le sujet de la reprise de Force India a été très rapidement à l'ordre du jour d'une réunion entre toutes les écuries de F1 en marge du Grand Prix de Hongrie.

Via Force India, trois écuries veulent bloquer Mercedes


Et ce qui est ressorti de cette réunion, c'est que trois écuries ont opposé un veto clair et net au transfert de la part des droits commerciaux revenant à Force India alors que les dirigeants de la F1 font tout pour éviter de perdre une écurie en cours de route. Williams, McLaren et Renault ont fait part de leur réticence à voir un investisseur prendre le contrôle de l'écurie basée à Silverstone, qui est un rival sérieux dans le ventre mou du championnat, car ils craignent que via ce nouvel actionnariat, une relation technique plus proche s'instaure avec Mercedes, à l'image du partenariat que Ferrari a pu nouer avec Haas mais également avec Sauber. Les trois écuries opposées à cette procédure semblent utiliser la situation à dessein. Alors que McLaren est en grande difficulté et ne verrait pas forcément d'un mauvais œil le fait que Force India soit mise en difficulté par un ralentissement de la reprise de l'écurie, Williams semble vouloir éviter ce qui ressemblerait à une mise sous tutelle par Mercedes. Pour Renault, en revanche, cela pourrait sonner comme une volonté de mettre sous pression les dirigeants de Force India pour récupérer Esteban Ocon plus facilement. Le souci est que le temps presse pour l'écurie basée à Silverstone pour être en ordre de marche à Spa-Francorchamps dans quatre semaines.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.